Primaire : à Marseille, un vote surveillé

le
0
L'affaire Guérini, le rapport Montebourg et le duel Aubry-Royal de 2008, entaché d'irrégularités, y ont laissé des traces.

S'il y a un département où la primaire socialiste va être particulièrement surveillée, c'est bien celui des Bouches-du-Rhône. L'affaire Guérini et le rapport Montebourg, mais aussi le souvenir d'irrégularités lors du vote du dernier congrès et du duel Aubry-Royal en 2008, ont laissé des traces. Ségolène Royal a appelé jeudi à la vigilance lors du scrutin, «notamment dans les fédérations sensibles». Si elle n'a pas précisé quelles étaient ces fédérations sensibles, on se rappelle qu'elle avait estimé fin septembre que les fédérations des Bouches-du-Rhône, du Nord-Pas-de-Calais et de Seine-Saint-Denis étaient «verrouillées».

Les partisans de François Hollande sont également montés au créneau. «Nous voulons être les garants de la transparence», «éviter tout dérapage qui mettrait en péril le scrutin», affirme ainsi la conseillère générale Marie-Arlette Carlotti, mandataire de la candidature Hollande dans le département. Elle assure que «la si

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant