Primaire à gauche : «Nécessaire et inéluctable», selon Aurélie Filippetti

le
4
Primaire à gauche : «Nécessaire et inéluctable», selon Aurélie Filippetti
Primaire à gauche : «Nécessaire et inéluctable», selon Aurélie Filippetti

L'appel de Daniel Cohn-Bendit et d'une trentaine de personnalités à une primaire «des gauches et des écologistes» continue de faire réagir. Si le PS a plutôt fermé la porte et Jean-Luc Mélenchon assuré qu'il n'y participerait pas si François Hollande y allait, d'autres élus à gauche approuvent l'initiative.

«On n'est pas président de droit divin», lance à François Hollande la députée socialiste Aurélie Filippetti, invitée ce mardi matin sur France Inter. «Comment fait-on pour que la gauche soit au second tour ? La primaire est ce moyen», estime cette élue proche des frondeurs. «La primaire est nécessaire, inéluctable et salutaire», poursuit-elle. Alors que ce mardi matin dans «Le Parisien-Aujourd'hui en France, un proche du chef de l'Etat ironise en expliquant que «président le jour», celui-çi n'ira pas le soir débattre pour la primaire avec Benoit Hamon ou autre, Aurélie Filippetti ne voit pas le problème. «S'il était candidat, il se soumettrait de toute façon à une campage, donc pourquoi pas une primaire ?», répond-elle. Selon elle, le texte appelant à une primaire explique qu'il y «en a assez d'un fonctionnement du système présidentiel, où un homme peut prendre des décisions seul». «On en serait pas là par exemple sur la déchéance de nationalité», juge Aurélie Filippetti, opposée à cette mesure «qui divise au lieu de rassembler». 

«Une bonne nouvelle», pour Emmanuelle Cosse. La secrétaire nationale d'Europe-Ecologie-les-Verts, invitée de France Info ce mardi  matin, salue l'initiative d'appel à une primaire. «Ils disent que les dés ne sont pas jetés et qu'on peut faire autrement», a-elle lancé. «Si cette primaire doit avoir lieu, il faut qu'il y ait des représentants de l'écologie», poursuit Emmanuelle Cosse.

«François Hollande prend un risque énorme» s'il refuse la primaire, selon l'économiste Thomas Piketty. «Son bilan n'est pas suffisamment éclatant pour qu'il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 il y a 11 mois

    JPi- La France est au gris, tout est gris.la mode: homme et femme tout est couleur grise, si pas noir. Les médias qui entretiennent les annonces tristounettes de 2015. Les polis tiques qui voient l'avenir difficile, noire aussi. Les syndicats et leurs tocs et compagnies. Les déficits en tous genres qui se creusent vers la faillite...ON EN A MARRE. On est en 2016 et on peut tout changer...OSONS

  • frk987 il y a 11 mois

    C'est tout simplement irréaliste, vous voyez un président en exercice faire campagne active dans des primaires.....allons les socialos, faut devenir sérieux !!!!!

  • bernm il y a 11 mois

    Hollande s'en fout de la situation de la France ou que la gauche conserve le pouvoir en 2017. Seul l'interesse la possibilite de rester president.

  • dhote il y a 11 mois

    Hollande n'a rien à n perdre, il a déjà perdu.