Primaire à gauche : mais quelle est donc la stratégie des frondeurs ?

le
0
De plus en plus de frondeurs socialistes sortent du bois et annoncent leur candidature à la primaire de la gauche.
De plus en plus de frondeurs socialistes sortent du bois et annoncent leur candidature à la primaire de la gauche.

Gérard Filoche et Marie-Noëlle Lienemann il y a quelques mois, Benoît Hamon mardi soir et Arnaud Montebourg dans quelques jours : de plus en plus de frondeurs sortent du bois et annoncent leur candidature à la primaire de la gauche, prévue les 22 et 29 janvier 2017.

Quatre prétendants, au minimum, pour quatre lignes politiques qui semblent converger? Mais où est donc passée l'idée d'un candidat unique qu'envisageait Christian Paul, chef de file des frondeurs à l'Assemblée, le 28 juin dernier ? « Nous souhaitons réunir les conditions pour une candidature commune qui puisse défendre notre projet », déclarait ce jour-là le député de la Nièvre à l'Agence France-Presse, après une réunion. Cette stratégie aurait-elle été abandonnée ?

« Le temps de l'affirmation »? avant le rassemblement

« En ce moment il y a des fulgurances, des jeux de positionnement, c'est normal, affirme Jérôme Guedj, ex-député socialiste de l'Essonne. Et plus il y a de candidatures, plus cela popularise l'idée d'une primaire à gauche. Mais il ne faudrait pas que cela continue trop longtemps? »

Même son de cloche du côté de Christian Paul : « Nous y allons étape par étape. En ce moment, c'est ce que j'appellerais une avant-primaire, avec des déclarations, des projets amenés dans le débat public. On regarde comment les Français accueillent les idées. » Mais la figure de proue des frondeurs...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant