Primaire à gauche : Hamon défie Montebourg

le , mis à jour à 08:21
3
Primaire à gauche : Hamon défie Montebourg
Primaire à gauche : Hamon défie Montebourg

Ses amis le jurent la main sur le cœur : le moment choisi tient seulement au hasard. « On voulait faire cela en juillet, mais avec les attentats, c'était compliqué. On s'est donc reporté sur la première fenêtre de tir possible après le 15 août », explique le député de la Loire Régis Juanico. Résultat, hier, sur le plateau du 20 Heures de France 2, Benoît Hamon a bel et bien brûlé la politesse à son ami Arnaud Montebourg en annonçant sa candidature « à l'élection présidentielle » tout en ajoutant qu'il participerait « à la primaire organisée par le PS ». Cinq jours avant la traditionnelle fête de Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), où l'ancien ministre du Redressement productif a prévu de longue date de mettre sur orbite sa... candidature à la primaire de janvier 2017.

 

Ironie de l'histoire, c'est précisément à Frangy-en-Bresse, il y a deux ans, que Montebourg avait, par ses critiques contre la politique économique de Hollande, entraîné vers la sortie du gouvernement — et contre son gré — un Hamon alors ministre de l'Education et un peu dépassé par les événements...

 

Dans l'entourage de Montebourg, on s'employait dès hier à dégonfler le passage d'Hamon à la télévision : « Ce n'est pas un scoop total, qu'il soit candidat », balaye le député de Saône-et-Loire Philippe Baumel. « Benoît ne s'est pas caché de vouloir s'exprimer dans le cadre de l'avant-primaire », minimise Christian Paul, le chef de file des députés PS frondeurs à l'Assemblée.

 

Comme dans les épreuves cyclistes des JO, le « pistard » Hamon ne serait donc là que pour faire quelques tours, le temps de lancer le « champion » Montebourg vers la ligne d'arrivée. Curieusement, le député des Yvelines et ses partisans ne réfutent pas totalement ce scénario. Pressé par le journaliste Julian Bugier, Hamon a fini par lâcher : « Si demain il doit y avoir un rassemblement, pourquoi pas ? » ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7163258 il y a 7 mois

    Hamon Montebourg le combat des inc’oyables!!!!

  • pichou59 il y a 7 mois

    un beau cv (wikipédia) commence sa carrière en 1991 comme assistant parlementaire du député PS (rocardien) de la Gironde Pierre Brana. Il devient le premier président du Mouvement des jeunes socialistes refondé en 1993, lorsque la direction nationale (présidée par Michel Rocard) accorde son autonomie à l'organisation de jeunesse. Il reste à ce poste jusqu'en 1995 puis transmet le mandat à un fidèle : Régis Juanico.......

  • mlaure13 il y a 7 mois

    Les petits présidentiables se montent du col...avec ça, la France est sur de s'en sortir...???...:-(((