Primaire à gauche : Cohn-Bendit moque Mélenchon la «poule mouillée»

le , mis à jour le
3

Daniel Cohn-Bendit, ancien eurodéputé écologiste et l'un des initiateurs en début d'année d'un appel à des primaires à gauche, s'en est pris dimanche au refus de Jean-Luc Mélenchon d'y participer.

«Moi, je dis à Mélenchon : Toi qui es persuadé que tu peux devenir président de la République, ben vas-y mon pote ! Va à la primaire ! Tu vas écraser Hollande, tu vas écraser Montebourg ! T'es tellement grand, t'es tellement fort ! Et donc tu seras le candidat unique de la gauche. Tu auras une chance de devenir président. (Mais) il sait qu'il n'est pas aussi grand, pas aussi fort, que c'est une poule mouillée ! Mélenchon aujourd'hui, le seul rêve qu'il a, c'est de faire mieux que Hollande. La droite est à 65% en France ? Ca fait rien. J'ai fait 1% de plus que Hollande ! C'est ça, le niveau politique du débat en France ? Eh bien, dans ce cas-là, la droite va passer et vous allez voir ce que vous allez voir.»

 

VIDEO. Cohn-Bendit sur TV5MONDE : «Mélenchon est une poule mouillée»

 

Pour un axe écolo-Macron

 

Ensuite, Daniel Cohn-Bendit a plaidé pour un nouveau projet politique. «Je ne vote pas Macron, je vote Hulot, je vote Yannick Jadot. Moi, je crois que Jadot-Macron, Hulot-Macron, c'est la possibilité d'une majorité contre Les Républicains et l'extrême droite. Il faut les pousser à penser (NDLR : Jadot et Hulot). Moi, je ne peux pas décider pour Hulot. Aujourd'hui, si vous voyez les possibilités du paysage politique, il faut être capable de formuler un projet : le social-libéralisme de Macron - moi, le républicanisme autoritaire de Valls, c'est pas ma tasse de thé - et trouver une perspective pour la France qui a une base commune, renforcer, redévelopper et se mettre au niveau d'une nécessaire renaissance du projet européen.»

 

VIDEO. Cohn-Bendit sur TV5MONDE : «Je vote Jadot-Macron, Hulot-Macron»

 

VIDEO. Cohn-Bendit défend Macron dans Le Grand ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le lundi 20 juin 2016 à 09:15

    pas à un président ni à un parti.

  • charleco le lundi 20 juin 2016 à 09:15

    De toutes façons, la classe politique est arrivée au bout : elle est disqualifiée. Il nous faut un nouveau général, d'ailleurs, les généraux ont déjà rué dans les brancards (Tauzin, Chamagne, Martinez, Piquemal, etc.), ça peut devenir positif. Leur force : l'armée n' a de comptes à rendre qu'à la nation, pas à un président.

  • xk8r le dimanche 19 juin 2016 à 18:54

    mélenchon s'est bien fait déchirer !