Primaire à droite : Sarkozy enrôle Baroin

le
2
Primaire à droite : Sarkozy enrôle Baroin
Primaire à droite : Sarkozy enrôle Baroin

Ils ne se quittent plus, et ce n'est qu'un début ! Ce mercredi midi, au siège des Républicains, Nicolas Sarkozy et François Baroin s'afficheront bras dessus bras dessous à l'occasion d'une rencontre avec plus de quatre cents maires estampillés LR. Officiellement, le chef du parti veut discuter avec eux des problématiques locales -- désengagement de l'Etat, rythmes scolaires... — dans le cadre du congrès qui se tient depuis hier porte de Versailles, et dont Baroin est l'organisateur en tant que président de l'Association des maires de France (AMF). Officieusement, ce rendez-vous sera l'acte I d'une opération de communication qui conduira le sénateur-maire de Troyes à annoncer dimanche son soutien à la candidature de Sarkozy à la primaire. Il devrait le faire sur Europe 1, la radio où il débuta comme journaliste à la fin des années 1980.

 

Ce soutien est tout sauf une surprise. Depuis des mois, Baroin ne cache plus sa préférence pour l'ancien chef de l'Etat, dont il loue en privé « l'énergie, la capacité de leadership et l'expérience des plus hautes fonctions ». Surtout, il cultive à l'encontre d'Alain Juppé, principal adversaire de Sarkozy, une haine tenace. « C'est sûr que ça a aidé au rapprochement... » résume un fidèle lieutenant sarkozyste.

 

Entre Baroin et Juppé, l'histoire remonte à 1995, quand le Premier ministre de Jacques Chirac évinça le jeune porte-parole du gouvernement, seulement cinq mois après sa nomination. Et en juin 2011, alors que se dessinait le remaniement, Juppé avait pris fait et cause pour la nomination de Bruno Le Maire à Bercy. « Il jugeait que Baroin n'était pas au niveau, se rappelle un ancien ministre. Bien sûr, Nicolas n'en a pas tenu compte et a nommé François... » Vexé, Baroin n'a jamais pardonné au maire de Bordeaux : « Je ne travaillerai plus jamais pour lui, même s'il est élu président de la République. Je ne veux plus être mis sous la tutelle de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 6 mois

    Ainsi, si c'est Sarko qui passe, on sait qui sera 1er ministre.

  • best01 il y a 6 mois

    moi si c sarko ,j'irai a la peche