Primaire à droite : pourquoi Fillon cible l'islam

le , mis à jour à 07:37
0
Primaire à droite : pourquoi Fillon cible l'islam
Primaire à droite : pourquoi Fillon cible l'islam

On ne l'attendait pas forcément sur ce terrain-là. François Fillon a pris tout le monde de court, jeudi en publiant son deuxième ouvrage de candidat à la primaire de la droite : « Vaincre le totalitarisme islamique » (Albin Michel).

 

Un titre qui claque et des propos parfois musclés. Mais si Fillon détaille des propositions dans le strict respect de l'Etat de droit (il se gausse notamment de l'internement des fichés S prôné par Nicolas Sarkozy), il n'hésite pourtant pas à écrire noir sur blanc : « Non, il n'y a pas un problème religieux en France. Oui, il y a un problème lié à l'islam. »

 

Et de réclamer l'expulsion immédiate et sans possibilité de revenir des étrangers qui constituent une menace pour la sécurité du territoire. Des phrases chocs, aux antipodes de l'image plutôt tempérée de l'ancien Premier ministre.

 

Oui, mais voilà, les sondages ne décollent toujours pas. Le quatrième homme de la primaire peine à exister dans une campagne largement trustée par Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. Alors, il cherche à devenir audible sur ce sujet d'une actualité brûlante où ses rivaux, à commencer par Sarkozy, occupent tout l'espace. En clair, après avoir tenté de réveiller sa campagne il y a quelques semaines en cognant sur ses adversaires (et en particulier sur l'ancien chef de l'Etat), il entame une nouvelle phase, où il rejoint la cohorte de ceux qui veulent parler de l'identité française. « Ce n'est pas parce que Nicolas Sarkozy intervient là-dessus que François Fillon n'a pas la légitimité pour y aller », tacle son porte-parole Jérôme Chartier.

 

«Paradoxalement, il n'est pas audible sur ces questions »

jÉrÔme chartier, porte-parole de fillon

 

L'ancien Premier ministre avait pourtant pris la plume au printemps dernier en vue de sortir pour la rentrée un ouvrage sur les valeurs régaliennes de la France. « Mais après l'attentat de Nice, il a eu une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant