Primaire à droite : « Ma motivation, c'était de voter contre Sarko »

le , mis à jour à 07:27
5
Primaire à droite : « Ma motivation, c'était de voter contre Sarko »
Primaire à droite : « Ma motivation, c'était de voter contre Sarko »

De quoi en perdre son latin. Ils sont de gauche et ont voté dimanche... à la primaire de la droite et du centre ! Bien qu'il faille prendre leurs estimations avec des pincettes, différents instituts de sondages considèrent qu'environ 10 à 14 % des électeurs de dimanche viennent de la gauche. A Paris, dans des arrondissements acquis au PS comme le XIe ou le IIIe, de longues files d'attente ont ainsi serpenté devant les bureaux de vote. « Ma motivation principale c'était de voter contre Sarko », témoigne l'un d'eux, Thomas, 25 ans, pas certain d'y retourner dimanche.

Un contingent inattendu qui a gonflé la participation au niveau inédit de 4 millions d'électeurs (en 2011, la consultation à gauche avait rassemblé 2,7 millions de votants au premier tour). Avec pour conséquence un coup de pouce sans doute déterminant pour l'élimination de Nicolas Sarkozy, distancé de quelque 300 000 voix. Ces électeurs de gauche vont-ils revenir dimanche ? « Rien n'est moins sûr, maintenant que Nicolas Sarkozy est éliminé », répond Gaël Sliman, le patron de l'institut Odoxa.

EN SAVOIR PLUS :

Primaire à droite : au lendemain de sa victoire, Fillon pris pour cible à droite et à gauche

 

Primaire à droite : le rêve brisé de l'ancien président Sarkozy

 

 

Paradoxalement, l'ancien président était l'adversaire préféré de François Hollande qui rêvait du « match retour » de 2012... et qui n'aurait pas parié un kopeck sur le Sarthois. « Fillon n'a aucune chance », affirmait le chef de l'Etat dans « Un président ne devrait pas dire ça... », son livre confidences. « Dans les derniers jours, il avait tout de même senti que ça bougeait pour Fillon », assure un de ses proches. Mais de là à imaginer un tel score...

S'il a surpris le président, ce résultat a été analysé à la loupe à l'Elysée, dans la perspective d'une candidature de François Hollande. « Il y a du bon et du mauvais », décrypte un de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 10 mois

    Il ne peut pas y avoir d'avancée sociale sans production de richesses , Il n'y a pas d'égalité sociale quand plus de 5 millions de personnes , statuts spéciaux , fonctionnaires et assimilés ponctionnent cette richesse et vivent sur le dos des salariés et des entreprises. Départ en retraite plus tôt , Meilleurs calcul de la retraite , absence au travail double du privé , temps de travail inférieur au privé . Pas de délais de carence.

  • M8252219 il y a 10 mois

    5.5 millions de fonctionnaires travaillant 39h par semaine au lieu de 34h , soit 5 h de plus : = 27 500 000 h de récupérées : Soit en valeur poste de travail 27 500 000 : 39 = 705 128 postes économisés . Il est donc tout à fait envisageable de réduire de 500000 le nombre de fonctionnaires .

  • bobded il y a 10 mois

    C'est cela la démocratie?

  • GLLOQ440 il y a 10 mois

    Sarko : un homme de trop !...

  • janaliz il y a 10 mois

    Les parjures de gauche ne sont pas à un reniement près...