Primaire à droite, les Républicains entrent dans le vif du sujet

le , mis à jour à 20:26
0

PARIS, 9 juin (Reuters) - Les Républicains ont entamé mardi les préparatifs de la primaire d'investiture de la droite et du centre, prévue en novembre 2016, en installant un comité d'organisation dont les concurrents de Nicolas Sarkozy attendent transparence et indépendance. Pour leur première réunion depuis l'enterrement de l'UMP, les quelque 120 membres du bureau politique se sont penchés sur les modalités de la primaire, une consultation inédite dans l'opposition, historiquement plus encline au bonapartisme qu'à la "démocratie participative" inaugurée en 2011 par le PS. Alain Juppé, à ce jour le plus sérieux rival de Nicolas Sarkozy pour l'investiture à la présidentielle de 2017, affirme en public sa "vigilance" sur l'exercice, acté le 7 avril, mais ne cache pas en privé son inquiétude sur les velléités du président des Républicains, qui n'a toujours pas déclaré sa candidature mais façonne le parti à sa main. Le maire de Bordeaux, de même que l'ancien Premier ministre François Fillon, ont déjà prévenu qu'ils concourraient en solo au premier tour de la présidentielle si la primaire des 20 et 27 novembre 2016 venait à pâtir d'irrégularités. Les deux hommes, ainsi que l'ancien ministre Xavier Bertrand, autre candidat déclaré, et Bruno Le Maire, qui devrait se lancer en janvier prochain, ont adressé la semaine dernière une lettre à Nicolas Sarkozy pour lui intimer amicalement de préciser les modalités d'organisation de la primaire. ( ID:nL5N0YQ303 ) "Ce n'est pas d'une violence inouïe d'écrire une lettre dans un parti", a relativisé sur France Info le député Thierry Solère, un proche de Bruno Le Maire chargé de superviser la consultation. "Il faut qu'on s'engage maintenant opérationnellement, (...) il faut mettre de la méthode", a-t-il ajouté. Le comité est composé de 14 membres, représentants des candidats déclarés et putatifs, et pourra s'ouvrir à des délégués de l'UDI si le parti centriste, qui arrêtera sa stratégie présidentielle au printemps 2016, décide de prendre part au scrutin. Parmi eux figurent le sarkozyste Brice Hortefeux, le juppéiste Edouard Philippe, le filloniste Gérard Larcher, président du Sénat, ou encore le député Damien Meslot, proche de Xavier Bertrand. Le secrétaire général des Républicains, Laurent Wauquiez, et la vice-présidente déléguée, Nathalie Kosciusko-Morizet, seule femme, siègeront également dans ce comité. Aux termes de la Charte de la primaire, tout candidat UMP devra recueillir les parrainages d'au moins 250 élus, dont 20 parlementaires contre 25 initialement, dans au moins 30 départements, et d'au moins 2.500 adhérents à jour de cotisation répartis sur au moins quinze fédérations. Les candidatures devront être adressées à la Haute autorité chargée de veiller au bon fonctionnement du scrutin au plus tard le 9 septembre 2016. La liste définitive des candidats sera rendue publique au plus tard le 21 septembre, début de la campagne qui s'achèvera le 18 novembre à minuit. Pour éviter les fraudes de 2012, le vote, ouvert à tous les citoyens inscrits sur les listes électorales moyennant deux euros et la signature d'une charte des "valeurs républicaines de la droite et du centre", se fera au moyen de bulletins papier, sans procuration possible, dans quelque 10.000 bureaux. (Sophie Louet, édité par Grégory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant