Primaire à droite : les petits caprices des candidats

le , mis à jour à 09:21
0
Primaire à droite : les petits caprices des candidats
Primaire à droite : les petits caprices des candidats

TF 1 en rêvait, les candidats ont dit... niet ! Pour rendre le débat plus moderne, plus attractif, la Une suggérait de filmer les compétiteurs à l'aide d'une webcam dans leur voiture quelques minutes avant leur arrivée au siège de la chaîne. Une innovation qui n'a pas convaincu. « Les candidats ont besoin de se concentrer, ce n'était vraiment pas opportun. Le débat est suffisamment fort pour éviter les petits gadgets », justifie l'entourage de Nicolas Sarkozy. « Certains candidats conduisent eux-mêmes leur voiture, ça ne les dérangeait pas. Les autres ont de grosses berlines avec chauffeur, alors forcément... » se gausse un lieutenant qui n'en fait toutefois pas une affaire d'Etat. Les débats ont d'ailleurs été plutôt légers. « Ça s'est terminé par une blague de Gilles Boyer (NDLR : le directeur de campagne de Juppé) qui a dit : Et si tous les candidats montaient dans un bus équipé d'une GoPro avec Thierry Solère au volant ? »

 

Les fiche de présentation refusées

 

En contrepartie, le principe de filmer leur arrivée dès la sortie de leur voiture jusqu'à leur loge a lui été accepté : « L'équipe de Fillon ne voulait pas en entendre parler. Soi-disant parce que les couloirs de TF 1 sont glauques. Mais c'est surtout parce qu'ils ne veulent prendre aucun risque », persifle un concurrent. En revanche, la petite fiche qui devait présenter chaque débatteur, détaillant son âge, son mandat le plus important et son mandat en cours a, elle, fait long feu. « Les représentants de Juppé ont ri lorsqu'il a été question d'inscrire l'âge de leur candidat. Ceux de Sarkozy ont tiqué pour son mandat actuel. Et puis la plus haute fonction de Sarkozy, ça n'avait pas trop de sens... » résume un participant. Le pedigree des compétiteurs sera donc détaillé par le journaliste de TF 1 Gilles Bouleau, le Monsieur Loyal du débat.

 

Exit les questions des internautes

 

Il était également ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant