Primaire à droite : le suspense Fillon

le , mis à jour à 07:47
0
Primaire à droite : le suspense Fillon
Primaire à droite : le suspense Fillon

« Je suis persuadé que tout se figera au dernier moment, que les débats feront la différence, qu'on verra alors que j'ai le projet le plus cohérent, le plus abouti. Je serai au second tour. » Ainsi se rassurait François Fillon en mai dernier, lors d'un déplacement à Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne). Le candidat, qui flirtait alors avec les 10 % d'intentions de vote dans les sondages, quatrième derrière le trio Juppé-Sarkozy-Le Maire, s'en remettait alors à la bonne vieille méthode Coué. « Certains donnent le sentiment qu'ils auraient déjà gagné. C'est très imprudent... » rajoutait-il en visant le maire de Bordeaux. Six mois plus tard, l'ancien Premier ministre serait-il en passe de voir sa prophétie se réaliser ?

 

Quelque chose a manifestement changé, comme si les astres avaient enfin (il s'est lancé le premier, dès 2013 !) décidé de s'aligner. Des preuves ? Les salles toujours bondées à chacun de ses déplacements — 1 200 personnes lundi soir à Metz (Moselle). Le succès de son dernier livre « Vaincre le terrorisme islamiste » (Albin Michel), écoulé à plus de 50 000 exemplaires. Et, surtout, la spectaculaire remontée des derniers jours dans les enquêtes d'opinion : 18 % (+ 7 points) dans la dernière étude Kantar Sofres et 20 % (+ 9 points) dans le sondage Odoxa ! Une centaine de comités de soutien ont fleuri au cours des quinze derniers jours dans le pays et le dernier grand meeting parisien prévu vendredi soir au palais des Congrès affiche déjà complet, avec 4 000 places réservées. « On est même en train de se demander si on ne va pas ouvrir une seconde salle pour satisfaire les demandes », prévoit déjà son entourage.

 

Sarkozy commence à s'en méfier

 

« Ce n'est pas anormal de voir François Fillon monter au moment où les gens commencent à s'intéresser vraiment à la primaire, explique son porte-parole, le député du Val-d'Oise Jérôme Chartier. Jusqu'à présent, les analystes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant