Primaire à droite : le plan com soigné de Bruno Le Maire

le
0
Primaire à droite : le plan com soigné de Bruno Le Maire
Primaire à droite : le plan com soigné de Bruno Le Maire

La fin d'un vrai-faux suspense. Ce mardi soir, à Vesoul (Haute-Saône), Bruno Le Maire met fin au secret de Polichinelle sur sa candidature à la primaire de novembre. Vesoul, « symbole de cette France besogneuse, celle qui travaille et qui ne se plaint jamais », insiste son entourage en guise de symbole.

A 46 ans, l'ancien ministre de l'Agriculture de Nicolas Sarkozy se lance donc pour de bon dans la bataille. Il est le septième à se déclarer officiellement après François Fillon, Alain Juppé, Jean-François Copé, Frédéric Lefebvre, Jean-Frédéric Poisson et Nadine Morano.

Mais ce soir, Le Maire devra relever un défi majeur : celui de créer l'événement et de la nouveauté autour d'une candidature qui était attendue de longue date. En campagne depuis déjà un an, au lendemain de sa défaite à l'élection pour la présidence de l'UMP, celui qui a déjà fait 322 déplacements depuis janvier 2013 a donc prévu la grosse artillerie médiatique : outre le meeting de Vesoul, il sera au 20 Heures de TF 1 demain soir, puis sur BFMTV - RMC jeudi matin et très probablement au « Grand journal » de Canal + en fin de semaine.

Son calcul : arriver deuxième au premier tour

« Quand on se lance, il faut le faire très fort », jure son entourage. Surtout, Le Maire sort cette semaine son nouvel ouvrage, « Ne vous résignez pas ! » (Albin Michel). Un livre écrit en trois semaines au moment des fêtes de Noël, où le député de l'Eure exhorte les Français « à ne pas se résigner face au déclin qui menace le pays ».

Suffisant pour donner un nouvel élan à sa campagne ? « Il y aura un avant et un après », jure-t-on, alors que Le Maire oscille entre la troisième et la quatrième place dans les sondages pour la primaire, au coude-à-coude avec Fillon avec au plus 12 % des intentions de vote. « Mon calcul est simple : il faut que j'arrive en deuxième position le soir du premier tour (NDLR : le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant