Primaire à droite : la guéguerre des meetings

le , mis à jour à 07:54
1
Primaire à droite : la guéguerre des meetings
Primaire à droite : la guéguerre des meetings

« Des pures gamineries. On se croirait dans une cour d'école », cingle le député Benoist Apparu, porte-parole d'Alain Juppé. Dans le camp du favori des sondages pour la primaire de la droite, la pilule ne passe toujours pas. En cause, l'annonce faite dernièrement par Nicolas Sarkozy de tenir meeting le 27 octobre à Marseille... le même jour qu'une réunion publique prévue de longue date par Juppé dans la cité phocéenne. Le parc Chanot pour ce dernier, la salle Vallier, notamment réputée pour ses combats de boxe, pour l'ancien président de la République.

 

De quoi tendre un peu plus le climat de cette campagne, où désormais tous les coups sont permis entre les deux favoris de la compétition. La preuve ? Les équipes du maire de Bordeaux n'ont pas tardé à riposter : comme nous le révélions hier, leur candidat tiendra son grand meeting parisien au Zénith le 14 novembre... là où Sarkozy a prévu de rassembler les siens dimanche. Samedi, Juppé devrait également faire monter la température lors d'une réunion programmée aux portes de Paris, à Malakoff (Hauts-de-Seine), devant un bon millier de supporteurs attendus.

 

Autant dire que sur le terrain, les deux adversaires se marquent à la culotte. Leurs stratégies de campagne sont pourtant différentes. Juppé multiplie les déplacements thématiques, parfois combinés avec des réunions publiques, et ne fera que huit grands meetings d'ici au premier tour, le 20 novembre. Sarkozy, lui, enchaîne les rassemblements dans des salles de moindre envergure, et surtout les séances de dédicaces de son dernier ouvrage « Tout pour la France » dans les librairies et les centres commerciaux.

 

« Campagne de notable » de Juppé et « mauvaises manières » de Sarkozy

 

« Nicolas Sarkozy va chercher les voix une par une. Depuis son entrée en campagne le 25 août, on peut ainsi dire que près de 40 000 personnes sont entrées en contact direct avec lui, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1461628 il y a un mois

    AJ pour 2017 un mandat clair et unique assurant la cohésion de la nation, le seul candidat sérieux capable de mener les réformes et garantissant une première place au 1er tour en mai devant Marine et une victoire très large au second......Avec Sarkozy le risque devient plus grand d'une victoire étriquée et d'une possible paralysie du pays après les législatives sans parler de l'hystérie et de la confusion des affaires pendant 5 ans ....Pour moi c'est tout vu AJ le 20 et 27 novembre