Primaire à droite : la galère des petits candidats

le , mis à jour à 09:06
1
Primaire à droite : la galère des petits candidats
Primaire à droite : la galère des petits candidats

« Bonjour Monsieur, je fais partie de l'équipe de campagne d'Hervé Mariton. Vous avez signé sa pétition contre l'enseignement de l'arabe en CP. Allez-vous le parrainer ? » Portable vissé à l'oreille, Corentin, 20 ans, étudiant en droit, passe ses journées à relancer par téléphone les militants des Républicains pour qu'ils apportent leur parrainage à son champion. En moyenne, 150 coups de fil par jour. Trois autres bénévoles s'affairent dans le petit QG parisien de Mariton. « C'est maintenant ou jamais », résume François Péguillet, l'attaché parlementaire du candidat.

 

Pas d'accès au fichier répertoriant les militants du parti

 

Pas question, en effet, de souffler au mois d'août, même si la torpeur estivale rend l'exercice encore plus difficile. Dans un mois tout juste, le 9 septembre, tous les prétendants à la primaire devront transmettre la liste de leurs soutiens pour être officiellement investis candidats. Pour les Fillon, Juppé ou Le Maire, recueillir les parrainages de 20 parlementaires, de 230 élus locaux et de 2 500 adhérents LR n'aura été qu'une formalité. Mais pour les petits candidats, c'est une autre histoire.

 

D'autant qu'ils n'ont pas accès au fichier répertoriant les militants du parti, ce qui, de Nadine Morano à Nathalie Kosciusko-Morizet, en fait tousser plus d'un.

 

« Beaucoup d'entre eux ne veulent pas parrainer »

 

« On a constitué notre fichier à partir des listings réalisés en 2014 lorsque Mariton était candidat à la présidence de l'UMP. Nous avons récupéré toutes les coordonnées des personnes qui ont participé à ses 270 réunions publiques depuis 2014. Et, enfin, nous contactons tous ceux qui ont signé ses pétitions », détaille François Péguillet. Le candidat, lui, appelle directement les maires : « La difficulté, c'est que beaucoup d'entre eux ne veulent pas parrainer », constate Mariton. Son équipe assure qu'il a déjà ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 4 mois

    Les pollueurs de scrutin.