Primaire à droite. Geoffroy Didier : « Un petit club veut verrouiller le système ! »

le
0
Primaire à droite. Geoffroy Didier : « Un petit club veut verrouiller le système ! »
Primaire à droite. Geoffroy Didier : « Un petit club veut verrouiller le système ! »

Vice-président Les Républicains du conseil régional d’Ile-de-France et candidat à la primaire, Geoffroy Didier dénonce un scrutin « verrouillé ».

Pour postuler à la primaire, il faut réunir les parrainages de 20 parlementaires, 250 élus et 2 500 adhérents. Mission impossible ?

GEOFFROY DIDIER. Le jeu a été verrouillé. Ces barrages fixés à l’entrée sont faits pour être quasi infranchissables par de nouvelles têtes. On risque de se retrouver avec toujours les mêmes et les effets secondaires seront alors mortels... Si on veut que la primaire soit crédible et qu’elle ne tourne pas au règlement de comptes entre amis de trente ans, il est urgent d’ouvrir le jeu !

Pourquoi est-ce si difficile ?  

Le ticket d’entrée est anormalement élevé avec cette barrière des 20 parlementaires. Prenez la Droite forte que j’ai cofondée : elle est devenue démocratiquement le premier courant des Républicains avec 28% des voix (NDLR : en novembre 2012). Or, elle n’avait été soutenue que par 10 parlementaires. Cela voudrait-il dire qu’une partie de la droite n’aurait pas le droit d’être représentée en novembre ? J’ai toujours été favorable à une primaire ouverte, mais la seule manière de garantir l’unité après, c’est de permettre la diversité avant.

Pour candidater au PS en 2011, il fallait seulement 5% des parlementaires ou des élus... 

Si nous appliquions la même règle, qui était plus souple et plus juste, je serais d’ores et déjà certain d’être qualifié ! La gauche a permis à des Valls et Montebourg d’émerger et la droite l’empêcherait à tout prix ? En l’état, il est plus simple de se présenter directement à la présidentielle que d’être candidat à la primaire ! Les Républicains doivent se réformer d’urgence et permettre un profond renouvellement.

Vous réclamez une modification des règles ? 

Oui, et je fais une proposition acceptable par tous : une fois la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant