Primaire à droite : Fillon tente de réinventer le meeting

le , mis à jour à 10:33
1
Primaire à droite : Fillon tente de réinventer le meeting
Primaire à droite : Fillon tente de réinventer le meeting

Pour continuer son grand retour médiatique, François Fillon voulait innover. Le candidat à la primaire Les Républicains pour la présidentielle de 2017 a tenu un meeting politique interactif, mardi soir à Issy-Les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), où il a mis voulait mettre en avant sa «modernité».

Durant ses deux heures de discours, les internautes ont été invités à lui poser des questions et à voter sur des mesures qu'il proposait. Côté fond, François Fillon a affirmé qu'il voulait «enclencher la révolution du bon sens» en faveur du «plein-emploi», appelant la droite à faire son «autocritique».

Il faut dire que l'ancien Premier ministre à du travail pour combler son retard, car il est crédité de 9% des intentions de vote à la primaire selon un de nos sondages publié le 3 mai. Loin derrière Alain Juppé (41%), Nicolas Sarkozy (24%) et Bruno Le Maire (15%). Fin avril, il avait connu un sursaut récompensant ses nombreuses sorties en atteignant les 15%.

Des soutiens issus de la société civile

«Je lance un appel aux Français, qui sont moins conformistes que ceux qui les dirigent. J'ai besoin de leur énergie pour accompagner ma révolte contre le déclin de notre pays», a affirmé François Fillon devant plusieurs centaines de personnes réunies dans le Palais des congrès de la ville. Il était entouré de plusieurs personnalités de la société civile (chefs d'entreprises) qui, depuis trois ans, l'aident à construire son projet.

«J'ai besoin que les femmes et les hommes qui attendent un discours de vérité, qui veulent des vraies réformes, s'engagent à nos côtés. Je m'attaque à une citadelle, et je ne pourrai la percer qu'avec l'appui de tous ceux qui veulent, avec moi, enclencher la révolution du bon sens», a-t-il averti.

«Un système usé jusqu'à la corde»

«Je me présente à l'élection présidentielle, cartes sur table car je veux tout dire pour pouvoir tout faire» mais «il ne servira à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 7 mois

    Les sondages favorisent ceux qui les paient : le client est roi, c'est bien connu.