Primaire à droite : des miettes pour les quatre petits candidats

le , mis à jour à 08:16
0
Primaire à droite : des miettes pour les quatre petits candidats
Primaire à droite : des miettes pour les quatre petits candidats

Le sourire de NKM (2,6%)

Nathalie Kosciusko-Morizet, la seule femme de la primaire, a annoncé dimanche soir qu'elle soutiendrait Alain Juppé au second tour de la primaire de la droite, dont il est loin d'être le favori.«Je n'ai jamais couru après les places, ni après des postes », a martelé la députée de l'Essonne, pas mécontente d'avoir devancé sur le fil Bruno Le Maire. «A priori, ce soir, il y a deux grands vainqueurs, Fillon et NKM », s'enthousiasmait en début de soirée le député du Tarn Philippe Folliot. Qualifiée pour la primaire en recueillant in extremis les parrainages suffisants, elle a marqué sa différence en défendant des positions moins conservatrices que ses adversaires sur les questions de société.

 

Le Maire, le bide (2,4%)

« Une claque. Une vraie claque. » Les soutiens de Bruno Le Maire — qui a longtemps été le 3e homme de la primaire avant de finir 5e — avaient hier soir le mérite de la franchise, se disant victimes d'un « vote utile », qui a vu leurs voix être « siphonnées » par « Alain Juppé et surtout François Fillon ». C'est pour ce même François Fillon que Bruno Le Maire a, dès 21 h 30, indiqué hier soir qu'il voterait au second tour dimanche prochain. « D'ores et déjà, ce premier tour a été un succès pour notre famille politique, s'est-il réjoui, beau joueur. Je veux plus que jamais être un acteur de son rassemblement. »

Semi-échec pour Poisson (1,5%)

Avec 1,5 %, Jean-Frédéric Poisson, le président du Parti chrétien-démocrate récolte le résultat qui lui était promis au début de la primaire. Mais il a fait entendre sa petite musique très conservatrice sur le plan sociétal, a réalisé une belle percée médiatique. Il sollicitera aujourd'hui les deux finalistes sur des sujets à ses yeux « essentiels « que sont la famille, l'éducation ou l'Europe ». Mais comme il l'a dit au « Parisien », c'est de Fillon qu'il est le plus proche.

Le flop de Copé ! ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant