Primaire à droite : comment les candidats utilisent les réseaux sociaux

le , mis à jour à 08:40
0
Primaire à droite : comment les candidats utilisent les réseaux sociaux
Primaire à droite : comment les candidats utilisent les réseaux sociaux

C'est devenu un outil incontournable. Certes, la campagne de la primaire à droite se mène encore sur le terrain, mais elle se joue aussi — et surtout — sur le Web. Tous les candidats sont sur Facebook, Twitter, Instagram ou LinkedIn. A l'image de leurs programmes, ces campagnes numériques se ressemblent, mais chacun des postulants cherche à marquer sa différence.

 

 

L'initiateur : Alain Juppé

 

Alain Juppé a été le premier à s'être pleinement investi dans sa campagne numérique. Il s'y est pris tôt, dans la foulée de sa candidature, conformément à sa volonté de rajeunir son image. Le maire de Bordeaux a recruté comme directrice de campagne numérique Eve Zuckerman, une Franco-Américaine de 22 ans, qui avait travaillé dans le staff d'Obama. « Je suis venue pour construire sur un terrain en friche. C'est chose faite, sourit-elle. Maintenant il faut arriver à se renouveler en permanence et ce n'est pas facile. » D'autant que, selon elle, il a depuis été largement « plagié » dans ses méthodes par ses concurrents.

 

 

La passionnée de vidéos : NKM

 

 

 

Chez Nathalie Kosciusko-Morizet, on a décidé de parier sur l'humour et la dérision, particulièrement à travers des films courts. Sa vidéo de promotion de campagne avait fait le buzz en juillet. La candidate y détournait les paroles de ses adversaires pour faire croire qu'ils la soutenaient dans cette primaire. « NKM considère que les vidéos transforment la façon de communiquer sur des sujets de fond », explique Aurore Longuet, sa conseillère en communication. Cette stratégie ne s'arrête pas à la parodie. L'ex-secrétaire d'Etat en charge du Numérique a commencé cette semaine à diffuser des vidéos de sa tournée d'été.

 

 

La carte jeunes : Bruno Le Maire

 

Bruno Le Maire aime lui aussi le second degré. « A la suite d'un Snapchat (NDLR : réseau de photos instantanées) du groupe des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant