Primaire à droite : Baroin roule pour Sarkozy et tacle Juppé

le
0
Primaire à droite : Baroin roule pour Sarkozy et tacle Juppé
Primaire à droite : Baroin roule pour Sarkozy et tacle Juppé

Sans surprise aucune, François Baroin a officialisé ce dimanche son soutien à Nicolas Sarkozy pour la primaire à droite de novembre. Deux jours après avoir clôturé le Salon des maires de France, le président de l'Association des élus municipaux (AMF) était l'invité du Grand Rendez-vous d'Europe 1, Le Monde et iTélé.

 

« Les Français sont inquiets, ils sont impatients, l'autorité de l’État est en train de se déliter dans tous les sens, regardez l'addition depuis deux mois sur une mobilisation sociale incroyable », a-t-il estimé. « En regardant la situation du pays, il faudra restaurer l'autorité de l’État. Il faut une énergie au-dessus de la moyenne, et je pense que Nicolas Sarkozy, très incontestablement, a une énergie au-dessus de la moyenne », a plaidé Baroin.

 

 

.@francoisbaroin sur son soutien à @NicolasSarkozy \u25ba "Il faut une énergie au-dessus de la moyenne" #GrandRDV https://t.co/aD8KQIOlld

— iTELE (@itele) 5 juin 2016

 

 

Le sénateur-maire de Troyes (Aube) l'avait dit quelques minutes plus tôt : « Je m'engagerai pour Nicolas Sarkozy, mon choix est fait depuis longtemps. Je n'ai pas de doute sur sa candidature ».

 

Parmi les personnalités venues assister à cet entretien d'une heure, on voyait côte à côte Christian Jacob, président du groupe LR à l'Assemblée, le président du Sénat Gérard Larcher, prompt à opiner du chef aux propos de Baroin et Gérald Darmanin, proche de Xavier Bertrand. Thierry Solère, le monsieur primaire de la droite et proche de Bruno Le Maire, était aussi là, de même que le député Eric Ciotti, assis devant Charles Villeneuve, copropriétaire de l'hebdomadaire Valeurs actuelles.

 

D'Alain Juppé, François Baroin a fait valoir un manque de confiance mutuel, alors que « la confiance est la clef de tout en politique ». Le fait que la compagne de l'ancien « bébé Chirac » Baroin, Michèle Laroque, soit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant