Primaire à droite : Alain Juppé à New York pour récolter des fonds

le , mis à jour à 11:13
3
Primaire à droite : Alain Juppé à New York pour récolter des fonds
Primaire à droite : Alain Juppé à New York pour récolter des fonds

Alain Juppé est en campagne... à New York. Candidat à la primaire à droite pour la présidentielle de 2017, l'ancien Premier ministre a expliqué qu'il s'y trouvait notamment pour récolter des fonds. «Je rencontre des Français ici, des amis politiques, les membres de l'UMP, les personnes qui veulent me soutenir dans ma campagne. Et dans l'application des lois françaises, qui sont parfaitement claires et transparentes, il est permis à chaque citoyen, jamais une entreprise, d'aider un parti politique à faire campagne, avec un plafond maximum de dons par personne et par an qui est de 7.500 euros déductibles des impôts», a-t-il déclaré jeudi, en visitant "Le District", un nouveau marché français à Manhattan. 

Le maire UMP de Bordeaux refuse que cette question du financement soit jugée «taboue». «Ou alors il faut être milliardaire pour faire de la politique ? Evidemment qu'il faut demander à vos supporters, et tout le monde le fait. (...) Tous les candidats c'est pareil, a-t-il dit. C'est vieux comme les campagnes électorales». Alain Juppé a répondu indirectement aux médias français qui s'étaient récemment émus de cette levée de fonds à New York. «Je n'ai pas une fortune personnelle qui me permette de réunir quelques centaines de milliers d'euros pour mes déplacements en province, pour mes déplacements à l'étranger, pour la campagne qui aura lieu», a-t-il poursuivi.

«Je n'accepterai que des dons de citoyens français»

Ce vendredi, selon son entourage, à des fins de financement, un déjeuner privé est prévu «avec une dizaine de soutiens» au restaurant Rainbow Room du Rockefeller Center, toujours à Manhattan. «Je n'accepterai que des dons de citoyens français, de personnes physiques, jamais d'entreprises, et dans la limite prévue», a-t-il insisté. Et il a rejeté toute comparaison avec le système de financement électoral américain. «Aux Etats-Unis, on parle de milliards de dollars, là on ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le vendredi 1 mai 2015 à 12:24

    Ce qui est dommage, c'est qu'il est contre le rétablissement de la peine capitale. Ce pays se fera bouf-fer d'avoir été dirigé autant d'années par des sans c...Toutes les autres grandes puissances planétaires n'ont pas baissé leur garde, et nous nous sommes en plein ring à nous en prendre plein la poire, c'est juste pas tenable. Les criminels et les narco doivent etres éliminés, point barre.

  • M3435004 le vendredi 1 mai 2015 à 11:38

    Eh Bayrou ! T'as pas cent balles ?

  • frk987 le vendredi 1 mai 2015 à 10:20

    A votre bon cœur m'sieurs dames, purement lamentable.....