Primaire à droite : 72 députés et sénateurs pour Fillon

le
0
Primaire à droite : 72 députés et sénateurs pour Fillon
Primaire à droite : 72 députés et sénateurs pour Fillon

Dans sa course d'endurance pour rattraper son retard dans la primaire à droite, François Fillon est le premier à dégainer la liste des parlementaires qui le soutiennent dans son ambition. L'ancien Premier ministre peut donc compter sur 72 députés et sénateurs, soit plus que trois fois le quota nécessaire pour valider sa candidature. Pour pouvoir concourir au scrutin de la droite les 20 et 27 novembre prochains, un candidat doit recueillir le soutien de 2 500 adhérents LR et de 250 élus dont 20 parlementaires. Vingt anciens parlementaires se sont aussi joints à la démarche.

« Nous, parlementaires et anciens parlementaires, sommes convaincus que l’avenir de la France commande un projet précis et puissant pour libérer les énergies et redonner aux Français fierté et confiance dans le progrès, écrivent-ils dans ce court appel. François Fillon porte ce projet avec détermination et exigence de vérité. Son programme est clair, à la hauteur de la situation d’urgence dans laquelle se trouve notre pays ».

Le président du groupe Les Républicains au Sénat Bruno Retailleau, le président de la Commission des Lois de la Haute Assemblée Philippe Bas, les députés (LR) Jean-François Lamour, Pierre Lellouche, Thierry Mariani et Bernard Debré, de même que la plume de son projet et porte-voix de longue date Jérôme Chartier ont très officiellement rejoint les rangs Fillon.

Sur le site de campagne du candidat, la liste promise n'était pas donnée ce jeudi matin. Mais sur la mosaïque de photos qui accompagne ce coup de com' ne figurent ni le président du Sénat Gérard Larcher, pourtant partisan de l'ancien Premier ministre, ni l'ancien président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer, pas plus que le président de la commission des Finances à l'Assemblée, le député Gilles Carrez. « Certains de ses fidèles ont préféré attendre pour s'engager, à cause de leurs fonctions », affirme un proche au Figaro. Mais Larcher, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant