Prières de rues : Marine Le Pen réitère ses propos sur l'«occupation»

le
13
Prières de rues : Marine Le Pen réitère ses propos sur l'«occupation»
Prières de rues : Marine Le Pen réitère ses propos sur l'«occupation»

Marine Le Pen, menacée par une levée de son immunité d'eurodéputée, a maintenu lundi les propos sur les prières de rues qui lui valent des poursuites, estimant qu'on veut l'incriminer pour «un délit d'opinion». «Les Français feront une très grande différence entre taper dans la caisse, détourner de l'argent, l'escroquerie en bande organisée et être poursuivie pour un délit d'opinion», a lancé la présidente du FN sur LCI, reprenant les termes des mises en examen dans l'affaire de l'arbitrage Tapie. Son délit est, à ses yeux, «d'avoir osé dire ce que tous les Français pensent, c'est-à-dire que les prières de rue - dont je leur indique qu'elles continuent à se dérouler sur le territoire français - sont une occupation».

«Je le maintiens», «ma levée d'immunité parlementaire sera votée par mes adversaires politiques UMP-PS, cela ne me pose aucune problème», a poursuivi la présidente du FN. J'irai devant le tribunal correctionnel tête haute pour leur expliquer qu'il faut bien qu'il y ait des gens dans notre pays qui disent la vérité aux Français», a-t-elle soutenu.

Le risque d'une mise en examen pour «incitation à la haine raciale»

Le Parlement européen doit lever mardi l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, ce qui pourrait conduire à sa mise en examen pour «incitation à la haine raciale». Élue depuis 2004 au Parlement européen, elle est poursuivie par le parquet de Lyon à la suite d'une plainte déposée après un discours, le 10 décembre 2010, où elle avait dénoncé «les prières de rue» de musulmans, les qualifiant «d'occupation», sans «blindés» ni «soldats», mais d'«occupation tout de même».

«Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre mondiale, s'il s'agit de parler d'occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c'est une occupation du territoire», avait ajouté Marine Le Pen.

La France avait demandé en novembre 2012 au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodan3 le mercredi 3 juil 2013 à 19:22

    ne pas oublier que l'apologie d'une religion autre que celle officielle est passible de la peine de mort dans certains pays du golfe..... (décapitation au sabre en place publique)

  • rodan3 le mercredi 3 juil 2013 à 19:19

    pas besoin d"être bleu marine, pour trouver cette appropriation du domaine public scandaleuse et innommable par une secte religieuse, on croit rêver de voir çà dans un pays dit laïc et républicain...!!

  • papy988 le lundi 1 juil 2013 à 21:53

    Soit adaptation soit retour chez eux debout ou les pieds devant.

  • M6486201 le lundi 1 juil 2013 à 19:35

    Cela va encore lui ramener des voix !

  • t.funny le lundi 1 juil 2013 à 18:21

    Le FN monte et les détendeur du pouvoir, ceux qui se le gardent depuis des lustres ont peur !Le FN est un non sens économique comme l'extrême gauche mais on ne peut continuer à ne pas entendre et prendre en compte les personnes qui votent FN ou autres !Il faut une vrai proportionnelle (100%) à l'image des votes de la présidentielle sinon demain on aura le FN au pouvoir et cela sera catastrophique pour l'économie mais louable en terme de gestion d'immigration et d'anti-assistanat.

  • M7361806 le lundi 1 juil 2013 à 18:09

    Bravo le raleur, testes donc des mots clés censurables par la bécane!

  • frk987 le lundi 1 juil 2013 à 18:09

    Non M736..., Lourdes est un lieu privé et non public.

  • M7361806 le lundi 1 juil 2013 à 18:07

    Occupation aussi prévue à LOURDES !

  • axfapi le lundi 1 juil 2013 à 18:02

    elles a entièrement raison

  • M9353809 le lundi 1 juil 2013 à 15:55

    cafcrem : +1