Prêts toxiques : comment s'en débarrasser

le
0
Le maire de Saint-Étienne veut que l'État créé une structure qui reprendra tous les emprunts toxiques des collectivités.

Très touché par les emprunts toxiques, ces prêts dont les taux d'intérêt peuvent s'envoler, le maire PS de Saint-Étienne, Maurice Vincent, réclame que le gouvernement prenne ses responsabilités. «Les ministères de l'Économie et de l'Intérieur nous demandent de gérer nous même la question avec les banques en négociant avec elles. Mais cela ne peut être une solution !» tempête l'élu.

Saint-Étienne a réussi à renégocier certains emprunts : la part des produits toxiques est revenue de 70 % à 34 % de sa dette. Mais pas tous. Car dans certains cas, les banques demandent à la collectivité de payer une soulte très élevée pour transformer l'emprunt à risque en un prêt normal. Le principe de la soulte est logique : la banque doit être «dédommagée» puisque elle aurait perçu des taux d'intérêt très élevés - jusqu'à 24 % à Saint-Étienne grâce aux emprunts toxiques. Mais son montant, qui varie selon les conditions de marché,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant