Prêts russes au FN : des SMS suggèrent un «remerciement» du Kremlin

le
3
Prêts russes au FN : des SMS suggèrent un «remerciement» du Kremlin
Prêts russes au FN : des SMS suggèrent un «remerciement» du Kremlin

Marine Le Pen apparaît dans les SMS d'un responsable du Kremlin, évoquant dans le même temps le soutien du FN à la politique russe en Ukraine et le soutien financier russe au parti français, affirme Mediapart, laissant penser à un échange. «Délirant», se défend la patronne du Front national.

Datés de mars 2014, les messages de Timur Prokopenko, chargés des médias au sein de la présidence russe, ont été piratés puis rendus publics mardi par des hackers russes. Trois échanges de SMS avec un certain Konstantin Rykov, dit «Kostia», soutien de Vladimir Poutine, sèment le trouble.

Le 10 mars 2014, Prokopenko demande à «Kostia» s'il peut faire faire venir Marine Le Pen en Crimée «comme observatrice» du référendum qui doit se tenir six jours plus tard. «Oui, j'essaie de savoir demain», répond son interlocuteur.

Le lendemain, Kostia explique que Marine Le Pen est en campagne pour les municipales. «Aujourd'hui ou demain, le Front national prendra officiellement position sur la Crimée», explique-t-il. «On saura alors si elle est prête (ce qui est peu probable) à venir en Crimée ou si l'un de ses adjoints viendra», poursuit-il. Il est alors question de discussions sur des «financements», impliquant l'intervention de Florian Philippot, vice-président du FN, et du ministère russe des Affaires étrangères.

Pas «d'interventions politiques», selon un eurodéputé FN

Le 17 mars, Marine Le Pen, en déplacement à Saint-Gilles (Gard), déclare que «les résultats du référendum sont sans contestation possible». «Il faudra d'une manière ou d'une autre remercier les Français», s'enthousiasment les deux Russes, toujours par SMS. La veille, Aymeric Chauprade, alors candidat pour le FN aux Européennes, était en Crimée comme «observateur». Mais «à titre personnel», assure l'eurodéputé Jean-Luc Schaffhauser. «Le FN officiellement n'envoie pas d'observateur», avait pour sa part affirmé Marine Le Pen.

La ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4300347 le vendredi 3 avr 2015 à 16:04

    la France on aime ou on quitte moi je part pour Israel

  • LeRaleur le vendredi 3 avr 2015 à 13:02

    Et alors, les banques françaises avaient ordre de ne pas prêter au FN. La France est antidémocratique.

  • M1310580 le vendredi 3 avr 2015 à 12:45

    et alors ???