Prêtres pédophiles : une association recueille 400 témoignages

le
0
François Devaux, membre de La Parole libérée, face à la presse le 10 juin 2016.
François Devaux, membre de La Parole libérée, face à la presse le 10 juin 2016.

"Halte à l'omerta. » Voilà ce qu'on peut lire sur la bio Twitter de l'association La Parole libérée. En 11 mois, l'organisation, basée à Lyon, a récolté 400 témoignages de victimes d'agressions sexuelles, en grande majorité de la part de prêtres (90 % des cas). Si tous les cas n'ont pas l'objet d'une enquête, l'information ne manque pas d'éclabousser un peu plus la réputation de l'Église. Certains faits se sont déroulés entre 1970 et 1991, au sein du groupe Saint-Luc dans le diocèse de Lyon, mais les victimes, alors enfants, n'avaient pas osé se confier. « On a eu un cas d'un monsieur qui a 93 ans, explique le cofondateur de l'association François Devaux, à Franceinfo. Il a été victime d'agression sexuelle dans son enfance. Sa femme est décédée et elle n'a jamais su. »

« Verbaliser et dénoncer »

Pour cette association créée en décembre 2015 par trois anciennes victimes du père Bernard Preynat, l'objectif affiché est de « faire reconnaître les traumatismes que ces enfants ont subis et dont ils portent encore les fêlures, mais aussi de lever le voile sur la responsabilité de l'archevêché de Lyon qui n'a peut-être pas pris les mesures à la hauteur de la gravité des actes commis ». Selon François Devaux cité par Franceinfo, il s'agit surtout de « verbaliser et dénoncer en disant : ce traumatisme que j'ai vécu, je ne veux pas que d'autres enfants le vivent. »

Pour...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant