Prêtre pédophile : le cardinal Barbarin face au scandale

le , mis à jour à 13:02
1
Prêtre pédophile : le cardinal Barbarin face au scandale
Prêtre pédophile : le cardinal Barbarin face au scandale

Un homme de confiance du pape François, un « patron » influent, respecté mais aussi clivant au sein de l'épiscopat. Quand une figure aussi emblématique que l'archevêque de Lyon, Mgr Philippe Barbarin, voit son nom cité dans une enquête préliminaire pour non-dénonciation de crime et mise en péril d'autrui, c'est l'Eglise dans son ensemble qui tremble sur ses bases. Des victimes d'un prêtre pédophile du diocèse, le père Bernard Preynat, mis en examen fin janvier pour des agressions sexuelles sur de jeunes scouts lyonnais, accusent, en effet, le cardinal d'avoir protégé « son » curé (pour ne pas dire « étouffé l'affaire »). Il avait, disent-ils, été alerté dès 2007 du passé de l'ecclésiastique qui, « déplacé » depuis le début des années 1990, officiait alors dans des paroisses du côté de Roanne (Loire). Mais il a fallu attendre 2015 pour que ce dernier soit sanctionné et suspendu de ses fonctions.

Après une première plainte la semaine dernière émanant d'une ancienne « proie » de Preynat visant des cadres de l'archevêché de Lyon dont son responsable, le collectif de victimes la Parole libérée vient d'annoncer qu'une seconde avait été déposée lundi, avant « d'autres encore à venir ».

VIDEO. Le témoignage de Pierre-Emmanuel Germain-Thill

VIDEO. Bertrand Virieux : «J’ai gardé ça pour moi, comme la plupart d’entre nous»

L'épiscopat français dans l'embarras

Le prélat, que nous avons pu interroger mardi, martèle qu'il n'a jamais couvert de faits de pédophilie. Il est évidemment « bousculé » par ces attaques. Mais loin d'être abattu. « C'est un homme solide, sensible mais pas fébrile », décrit un proche. « Un homme de foi entier et intègre qui doit être profondément affecté car sa légitimité est aujourd'hui questionnée », décrypte Jean-François Colosimo, historien des religions. Pour son alter ego Odon Vallet, cette histoire pose surtout une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4669049 il y a 12 mois

    A quand le mea culpa de l'éducation nationale?