Prêtre pédophile : en juin 2009, au Train Bleu, Barbarin rencontre une victime

le
1
Prêtre pédophile : en juin 2009, au Train Bleu, Barbarin rencontre une victime
Prêtre pédophile : en juin 2009, au Train Bleu, Barbarin rencontre une victime

La foule se presse gare de Lyon à Paris, en ce mois de juin 2009. Au beau milieu du va-et-vient, deux hommes se reconnaissent. Ils ont rendez-vous. Mgr Philippe Barbarin, primat des Gaules, de passage à Paris, a accepté de rencontrer Pierre*. Ce dernier n'est pas encore cadre dans un grand ministère. Mais à 35 ans, il affiche déjà une évidente réussite professionnelle. En proie au doute, cet homme est porteur d'un lourd secret. Quelques semaines plus tôt, il en a fait part, par courriel, au directeur de la communication du diocèse et à l'archevêque de Lyon, Mgr Barbarin. Le cardinal est à ce titre responsable des prêtres officiant sur ses terres. Pierre explique avoir subi le harcèlement sexuel d'un curé lyonnais, le père Jérôme Billioud, alors qu'il avait 16 ans, à partir de 1989. Le dignitaire religieux promet de se renseigner et accepte un entretien.

Les deux hommes s'isolent au Train Bleu, l'illustre brasserie située face aux quais. Les yeux dans les yeux, Pierre rappelle les deux agressions dont il a été victime, à Biarritz puis à Lourdes. Attentif, son interlocuteur confirme qu'il n'a aucun doute sur la réalité des faits : le prêtre les a reconnus devant lui. Barbarin évoque même une autre affaire, inconnue de Pierre : une condamnation de Billioud, intervenue en 2000, pour exhibitionnisme sur fond de soirée alcoolisée entre amis. « Je vous demande pardon en son nom... » lâche le prélat. « Je vais déposer plainte », annonce Pierre d'un jet. Son interlocuteur ne l'incite pas. Il ne le dissuade pas non plus. « Faites-le si cela vous est nécessaire », répond en substance l'homme d'Eglise. Pierre propose de le raccompagner, avec la certitude que le curé sera écarté au plus vite de sa paroisse, pour éviter qu'il se trouve en présence d'enfants et d'adolescents.

Au moment de prendre congé, aucun des deux protagonistes n'a conscience du compte à rebours qui vient de s'enclencher. Mardi, la pression ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • yofa il y a 9 mois

    education nationale: 27 radiations en 2015 pour des affaires de pedophilie.On a pas demandé la tête de Belkacem pour autant. Les affaires qui concernent Barbarin sont prescrites, et ont toutes eu lieu avant son ministère.