Pretoria ne veut blâmer personne pour l'échec du raid au Yémen

le
0

JOHANNESBURG, 7 décembre (Reuters) - L'Afrique du Sud ne veut blâmer personne pour la mort de l'otage Pierre Korkie, tué samedi par ses ravisseurs islamistes alors que les forces spéciales américaines tentaient de le libérer, a déclaré dimanche le porte-parole du gouvernement sud-africain, Nelson Kgwete. "Ce n'est pas le moment de désigner des responsables, nous coopérons avec le gouvernement des Etats-Unis et celui du Yémen pour mettre un point final à ce tragique incident", a-t-il répondu à un journaliste qui lui demandait si Pretoria jugeait Washington responsable du décès des deux otages, le sud-africain Pierre Korkie et le journaliste américain Luke Somers. Le corps de l'enseignant sud-africain, qui avait 56 ans, sera rapatrié lundi. L'ONG Gift of the Givers a fait savoir samedi qu'elle avait négocié avec les ravisseurs de Pierre Korkie sa libération, prévue normalement ce dimanche. "La dévastation psychologique et émotionnelle de Yolande (ndlr, l'épouse de l'enseignant) et de sa famille va être aggravée par le fait qu'Al Qaïda devait libérer Pierre demain. Il y a trois jours, nous leur avions dit que Pierre serait de retour pour Noël", a déclaré l'ONG. (Stella Mapenzauswa, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant