Prêt russe au FN : Marine Le Pen publie les refus des banques françaises

le
60
Prêt russe au FN : Marine Le Pen publie les refus des banques françaises
Prêt russe au FN : Marine Le Pen publie les refus des banques françaises

Marine Le Pen avait promis dimanche sur BFM TV de publier les refus des banques françaises de prêter de l'argent au Front national. C'est désormais chose faite puisque la présidente du FN a transmis ces courriers au figaro.fr.

Depuis les révélations de Mediapart sur le prêt de 9 millions d'euros accordé par une banque russe au FN, les responsables du parti d'extrême droite affirment qu'ils y ont été contraints après les refus de plusieurs banques françaises. Et le FN, par la voix de sa présidente, de dénoncer une collusion entre les établissements bancaires de l'Hexagone et le pouvoir en place. «Je connais bien les liens entre les banques françaises et le gouvernement français. Et c'est peut-être ces liens qui les empêchent de prêter au Front national», affirmait Marine Le Pen.

Selon les documents fournis par le Front national ce lundi, cinq banques lui ont adressé un courrier entre les 3 et 11 juillet 2013 pour exprimer leurs refus. Certaines les ont justifiés, d'autres ont rejeté la demande sans davantage de précisions. Le CIC évoque par exemple le principe de neutralité, le Crédit Agricole renvoie pour sa part la demande à ses caisses régionales et UBS précise ne pas exercer d'activité de crédit aux entreprises. Tandis que de leur côté, LCL et BNP Paribas se contentent de refuser sans explication concrète.

VIDEO. Le FN publie les refus des banques contre lui

Mais certaines banques n'auraient même pas pris la peine de répondre. Le FN a en effet diffusé d'autres documents dans lesquels le parti sollicite des emprunts à 15 établissements de crédit (BNP, Bred, CIC, deux lettres au Crédit Agricole, Crédit Mutuel, UBS, JP Morgan Chase Bank, ING Direct, Banque Espirito Santo et de la Vénétie, BBVA, Barclays, Banco Santander, Banque Postale, LCL). Dans ces lettres presque toutes datées de fin juin 2013, Wallerand de Saint-Just, le trésorier du parti, explique aux banques que le FN «depuis le mois de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le mardi 9 déc 2014 à 14:58

    C'est l'argent du camarade Depardieu?

  • pmessag2 le mardi 9 déc 2014 à 14:47

    Et s'ils ont emprunté des roubles, c'est peut être une bonne affaire.

  • pmessag2 le mardi 9 déc 2014 à 14:46

    Bon, le vrai problème, c'est avec quoi ils vont rembourser. Si c'est avec les cotisations des militants, je les plains.

  • M363422 le mardi 9 déc 2014 à 11:58

    La réalité c'est que le F.N ou sa version "light" MBM...emprunte beaucoup de choses à M.Poutine et à sa banque. De l'argent certes, mais surtout son idéologie.

  • dotcom1 le mardi 9 déc 2014 à 11:23

    UBS, JP Morgan Chase Bank, ING Direct, Banque Espirito Santo et de la Vénétie, BBVA, Barclays, Banco Santander : pas une seule n'est française.

  • floalain le mardi 9 déc 2014 à 10:44

    Question naïve: est ce que ces banques prêtent aux autres partis? L'article ne le dit pas.

  • 11246605 le mardi 9 déc 2014 à 09:41

    Emprunter à 6% alors que les taux sont proches de 1%, c'est un cadeau ?

  • M2833874 le mardi 9 déc 2014 à 08:59

    La Russie une dictature? C'est vrai que sur ce domaine on sait de quoi on parle. Avec un président à 13% et les affaires et magouilles 'en veux-tu en voilà", on est plus que compétent.

  • idem12 le mardi 9 déc 2014 à 08:03

    @dratiser il manque un "ma" entre "dra" et "tiser" non ?

  • EuropeGa le mardi 9 déc 2014 à 00:54

    @grinchu1 Si la France sort de l'euro, il est bien évident que l'Italie sortira aussi, ainsi que le Portugal, l'Espagne et la Grèce. Dans ces conditions, l'euro n'existera plus. Le remboursement de la dette française se fera donc dans la nouvelle monnaie nationale : le franc 2015.