Prêt à Manger compte finir l'année avec 15 restaurants en France

le
0

L'enseigne britannique de restauration rapide ouvre, à Paris, sa dixième adresse française. Elle en vise 3 à 5 autres, cette année, exclusivement en région parisienne.

Deux ans après avoir traversé la Manche, l'enseigne britannique de restauration rapide Prêt à Manger poursuit son développement en France. De manière régulière, mais sans folie des grandeurs à raison de cinq adresses par an. Créée en 1986, la chaîne qui propose des sandwichs, salades ou soupes préparés sur place compte 354 boutiques dans le monde dont 274 en Grande-Bretagne, une cinquantaine aux États-Unis et une quinzaine à Hong Kong. En France, elle ouvre ce vendredi, sa dixième adresse dans le quartier de la Madeleine et compte en rajouter trois à cinq de plus d'ici la fin de l'année.

«Il a d'abord fallu s'assurer que la clientèle française adhérait à notre concept de bons produits frais cuisinés sur place dans chaque restaurant», souligne Stéphane Klein, directeur général France de Prêt à Manger. Visiblement, la greffe a pris, notamment grâce à un ticket moyen «entre 8 euros et 8,5 euros», à mi-chemin entre les enseignes les plus anciennes (Paul, Brioche Dorée, La Croissanterie...) et celles de la nouvelles génération misant sur le frais (Jour, Cojean...) «Nous essayons d'être les plus avantageux sur les prix et les quantités», poursuit Stéphane Klein. Un positionnement qui écarte le recours aux conservateurs et additifs mais limite l'utilisation de produits bio, en dehors du café et du lait.

Succès pour le carrot cake

Du côté des produits vedettes, ce sont les mêmes qu'à Londres comme la salade poulet-pesto ou le sacro-saint carrot cake. Cela n'empêche pas l'enseigne d'avoir adapté 20 % de ses recettes au marché français. Ainsi, la mayonnaise des sandwichs a été remplacée par du beurre et le jambon-beurre a fait son apparition tandis que le café est un mélange spécialement dédié au marché français. Mais c'est surtout la structure des points de ventes qui est différente. Les Français venant à plusieurs et préférant prendre leur temps en restant assis, il a fallu leur proposer des points de vente beaucoup plus grands et lumineux qu'ailleurs dans le monde. Cela n'empêche pas l'enseigne d'expérimenter un point de vente consacré à la vente à emporter.

L'enseigne a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaire global de 500 millions d'euros et publiera ses résultats 2013 en mai. En France, ses quatre premières boutiques ont connu «une activité en légère croissance sur un marché en légère baisse», selon Stéphane Klein. Pour l'instant, pas question de recourir à la franchise, tous les restaurants sont gérés en propre et leur implantation est limitée à la région parisienne entre centre ville et centres commerciaux. Des installations en région ne sont pas envisagées avant l'horizon 2016/2017.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant