Pressions pour trouver une transition en Égypte

le
0
La Maison-Blanche négocie le départ du président égyptien pour sortir du chaos.

Les Américains se sont engagés depuis jeudi soir dans une délicate discussion visant à convaincre les responsables militaires égyptiens d'orchestrer le départ immédiat de Hosni Moubarak et son remplacement par un gouvernement de transition dirigé par le nouveau vice-président, Omar Souleiman. L'Administration Obama rejette ainsi le chantage formulé par le raïs, selon lequel c'est «moi ou le chaos». «Je voudrais partir, a dit Moubarak jeudi soir à la chaîne ABC. Mais si je pars aujourd'hui, ce sera le chaos.» Pour Washington, son départ est au contraire le meilleur moyen de mettre fin aux violences et de préserver la stabilité du pays.

Dans l'option privilégiée par la Maison-Blanche, le prochain gouvernement égyptien, qui serait ouvert à toutes les composantes de l'opposition, y compris aux Frères musulmans, serait chargé de lancer immédiatement une réforme constitutionnelle et de préparer des élections démocratiques. Selon le New York Times, citant des «s

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant