Pression fiscale et sociale : les familles aisées clairement perdantes

le
0

INFOGRAPHIE - Le gouvernement cible les baisses sur les ménages modestes. L'impôt sur le revenu est plus que jamais concentré sur les classes moyennes et supérieures.

➔ Célibataire aux revenus faibles: Gagnant en fin de période

Ce célibataire aux revenus faibles (voir infographie ci-dessous) voit ses cotisations sociales s'alourdir en 2013 à cause de la hausse des cotisations retraite. La fiscalisation de la part patronale de la complémentaire santé augmente de 11 euros son IR payé en 2014 sur ses revenus de 2013. Il bénéficie l'année suivante de la suppression de la première tranche: son IR redescend à 739 euros. Enfin, il profitera du geste fiscal annoncé dans le projet de 2016: l'IR qu'il paiera l'an prochain sur ses revenus 2015 tombera à 465 euros. Résultat, en quatre ans, son revenu aura augmenté de plus de 300 euros.

➔ Couple modeste avec deux enfants: Impôt annulé à partir de 2015

Ce couple avec deux enfants (voir infographie ci-dessus) aux revenus situés dans la médiane française subit la hausse des cotisations retraite, ainsi que la fiscalisation de la part employeur de sa complémentaire santé, à partir de 2013. Mais il n'est pas concerné par la baisse des allocations familiales, ni par l'abaissement, sur son IR, du plafond du quotient familial. Son IR payé en 2015 sur ses revenus 2014 devient nul grâce à la suppression de la première tranche. Au final, son revenu disponible aura progressé de 682 euros en quatre ans.

➔ Couple aisé avec trois enfants: Matraquage généralisé

En plus de subir les hausses de cotisation retraite et la fiscalisation de la part employeur de la complémentaire santé, ce ménage de la classe supérieure avec trois enfants (voir infographie ci-dessus) est pénalisé par la baisse du plafond du quotient familial. Son IR passe de 7 146 euros sur les revenus de 2011 à 9 982 euros sur les revenus de 2013. Soit une hausse de 39 % en deux ans. L'IR régresse par la suite à cause de la baisse du revenu net liée à la hausse des cotisations retraite. Ce ménage voit également ses allocations familiales diminuer en 2015, suite à leur modulation des prestations en fonction des ressources. Au final, son revenu disponible chute de 4 545 euros en quatre ans.

Ces simulations de revenu disponible brut entre 2011 et 2015 ont été réalisées par le cabinet Taj, membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, l'un des premiers cabinets d'avocats français, spécialisé en stratégies fiscales et juridiques internationales. Elles retracent les évolutions sur quatre ans, en fonction de la législation, de l'impôt sur le revenu, mais aussi des allocations familiales perçues et des cotisations sociales acquittées.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant