Presse : les deux dirigeants de «La République du Centre» libérés

le
1
Presse : les deux dirigeants de «La République du Centre» libérés
Presse : les deux dirigeants de «La République du Centre» libérés

Deux dirigeants du groupe de presse Centre France/La Montagne retenus depuis mardi vers 18 heures par des salariés protestant contre les modalités d'un plan social, au siège de «La République du Centre» à Saran (Loiret) ont été libérés meercredi vers 20h30. «Gilles Crémillieux et Jérôme Rivière viennent d'être libérés», a déclaré Arnaud Ziomek, délégué CFDT. La libération des deux cadres, respectivement secrétaire général du groupe et directeur des ressources humaines, était «la condition posée pour être reçus par le préfet du Loiret», a indiqué le syndicaliste, précisant qu'une délégation de salariés se rendait dans la foulée à la préfecture.

Un porte-parole des salariés Christophe Bourdeau, avait ainsi justifié leur geste mardi soir : «A la suite d'une nouvelle réunion avec les syndicats, et vu que les choses n'avancent pas, les salariés ont eu une réaction d'orgueil et ont décidé de retenir ces dirigeants pour la nuit.» Selon lui, les deux responsables étaient retenus «sans violence», par quelque 25 salariés, principalement des personnels techniques.

Le groupe de presse Centre France/La Montagne détient huit quotidiens et une douzaine d'hebdomadaires (1.200 personnes). Le plan social qu'il envisage prévoit, à l'échelle du groupe, la suppression de 230 emplois le départ volontaire de 37 journalistes. Objectif : réaliser une économie annuelle de fonctionnement de 16 millions d'euros, alors que le groupe veut se réorienter sur le numérique et diversifier son offre, grâce à un investissement de 15 millions d'euros. 

VIDEO. Bras de fer à «La République du Centre»

En jeu, le montant de la prime de licenciement

Les salariés sont en grève depuis le 18 janvier. Ils protestent contre le montant de la prime supra légale proposée par la direction dans le cadre d'un plan social prévoyant la fermeture du centre d'impression de Saran et la suppression de 78 postes sur 145. «La ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jpinto le mercredi 29 jan 2014 à 10:22

    Prise d'otages banalisée.