Présidentielles américaines : Donald Trump prend des accents nixoniens

le
0
VIRGINIA BEACH, VA - JULY 11: People clap as Presumptive Republican Presidential candidate Donald Trump delivers a speech on veteran's issues during a campaign stop July 11, 2016 in Virginia Beach, Virginia. With just a week before the Republican National Convention, Trump has yet to announce a running mate. Mark Wilson/Getty Images/AFP == FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
VIRGINIA BEACH, VA - JULY 11: People clap as Presumptive Republican Presidential candidate Donald Trump delivers a speech on veteran's issues during a campaign stop July 11, 2016 in Virginia Beach, Virginia. With just a week before the Republican National Convention, Trump has yet to announce a running mate. Mark Wilson/Getty Images/AFP == FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==

Des appels du magnat de l’immobilier à « maintenir l’ordre public » au nouveau spot de campagne d’Hillary Clinton, l’essentiel de la campagne américaine.

Le fait du jour Dans un climat tendu après la fusillade qui a eu lieu à Dallas, le 7 juillet, coûtant la vie à cinq policiers, le futur candidat républicain, Donald Trump, s’est posé comme garant de l’ordre public, lors d’un discours prononcé lundi 11 juillet en Virginie. « Nous devons maintenir l’ordre public au plus haut niveau, sinon notre pays disparaîtra, a-t-il affirmé. Je suis le candidat de l’ordre public. Hillary Clinton, en revanche, est faible, inefficace et soumise aux groupes d’intérêts. »

Le candidat a ainsi appelé à « mettre fin immédiatement à l’hostilité exprimée contre [la] police et tous les membres des forces de l’ordre », faisant un parallèle avec le « harcèlement » subi par les soldats de retour de la guerre du Vietnam. Une référence directe à la campagne présidentielle de Richard Nixon en 1968, au cours de laquelle le républicain avait solennellement promis aux Américains de ramener « l’ordre public aux Etats-Unis », alors que le conflit enflammait le pays.

Dans une interview à l’agence AP, M. Trump a également affirmé que les relations entre la police et la communauté afro-américaine sont « bien pires » que ce que les gens pensent, prédisant que les protestations contre les violences policières n’en sont « qu’à leurs débuts pour cet été ». Tout en soulignant le manque d’entraînement de certains policiers, il a qualifié le mouvement Black Lives Matter (« les vies des Noirs comptent ») de « terme très séparatiste ».

La phrase du jour « Hillary Clint...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant