Présidentielle : Sarkozy candidat antisystème, vraiment ?

le , mis à jour à 09:05
6
Présidentielle : Sarkozy candidat antisystème, vraiment ?
Présidentielle : Sarkozy candidat antisystème, vraiment ?

Une heure de footing sur le Vieux-Port de Marseille (Bouches-du-Rhône) au lever du soleil. Même en province, Nicolas Sarkozy ne déroge pas à la traditionnelle carte postale matinale. En visite hier dans la cité phocéenne, puis à Aix-en-Provence, le président des Républicains a continué son périple de quarante-huit heures en Paca entamé la veille. Un Sarkozy qui, s'il n'est pas officiellement déclaré à la primaire de la droite, a plus que jamais semé ses petits cailloux pendant deux jours. Dans sa tête, tout est désormais acté. Mais pas question de se précipiter. « Je vais tous les écrabouiller », a-t-il récemment glissé à un élu LR, en pensant très fort à Juppé, Fillon et Le Maire. Et bien sûr à François Hollande et Marine Le Pen, qu'il ne cesse d'étriller en public.

Sarkozy, seul contre tous ? Le credo lui va bien. Il compte même en faire un marqueur dans cette campagne, reprenant la position du candidat antisystème, du candidat de la rupture. Une ficelle déjà utilisée en 2006, avec succès, quand alors ministre de l'Intérieur de Jacques Chirac et futur candidat à la présidentielle il avait pris ses distances avec le chef de l'Etat. Mais aussi en 2012, avec moins de fortune cette fois-ci, quand, président sortant, il s'était drapé dans la peau du challengeur face au favori des sondages, François Hollande, avec des propositions très marquées à droite.

En privé, le patron des Républicains en reste convaincu : être favori serait un handicap. « Plus on est le candidat de l'establishement, des élites, des médias, moins on a de chance de gagner. Je vous le dis et je vous le signe ! » s'emporte-t-il, en tapant du poing sur la table. Il pense sans le nommer à Alain Juppé, en tête des sondages pour la primaire, mais aussi à Emmanuel Macron, la star du moment à gauche. « On parle de phénomène ? Mais c'est une bulle, une bulle médiatique et rien d'autre. Il ne correspond à rien », martèle ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 9 mois

    Vieillard le Juppé c'est vite dit, il n'aura que 77 ans en fin de mandat, l'âge idéal pour bosser 14h par jour, traverser les fuseaux horaires....par contre fini l'abonnement au journal ti,tin uniquement réservé aux jeunes de 7 à 77 ans.

  • frk987 il y a 9 mois

    Il rêve , c'est terminé pour lui comme VGE en son temps. L'électeur aiment les bons à nibe et plus ça va plus c'est ainsi....alors...on aura le vieillard Juppé.

  • mlaure13 il y a 9 mois

    Le Bling-bling sur l'air du retour des cigognes...il n'a rien compris...:-(((

  • manue.fe il y a 9 mois

    Sarkophage la momie

  • M2723293 il y a 9 mois

    Il faut absolument qu'il intègre le Jamel Comedy club

  • M4958114 il y a 9 mois

    honte de rien ce ripoublicain !!