Présidentielle : pour l'Elysée, tous sont déjà dans les starting-blocks

le
2
Présidentielle : pour l'Elysée, tous sont déjà dans les starting-blocks
Présidentielle : pour l'Elysée, tous sont déjà dans les starting-blocks

La seule certitude de cette course présidentielle pour 2017, qui a déjà démarré, c'est que rien ne se passera comme prévu. Entre les accidents de campagne et les surprises des urnes, chaque scrutin réserve son -- ou ses -- coup(s) de théâtre. En 1995, c'est le grand favori des sondages, Edouard Balladur, qui se retrouve éliminé dès le 1 er tour par un Chirac jugé trop hâtivement has-been. En 2002, c'est le coup de tonnerre de l'accession de Jean-Marie Le Pen au second tour : défait, Jospin se retire de la vie politique, laissant la gauche traumatisée.

Et qui aurait parié, deux ans avant l'échéance de 2007, que Ségolène Royal imposerait sa candidature aux éléphants un brin machos du PS ? En 2011, enfin, c'est le crash spectaculaire au Sofitel de New York de DSK, tout puissant patron du FMI et champion des sondages pour 2012.

Bref, bien malin qui pourrait deviner lesquels des chevaux qui aujourd'hui raclent du sabot dans les box seront encore là pour le tour de piste final avant l'Elysée. Certes, à droite, les primaires devraient dégager le terrain dès 2016. Mais peut-on être sûr à 100 % que les battus s'aligneront tous derrière le vainqueur ? Qu'entre des rivaux qui se détestent autant que Fillon, Sarkozy et Juppé aucun ne serait tenté d'y aller quand même, tirant prétexte d'irrégularité ou d'organisation imparfaite de la primaire ? La guerre Copé-Fillon de 2012 a montré que le scénario du pire est toujours possible. Quant à François Bayrou, qui n'a pas manqué une présidentielle depuis 2002, il sera évidemment de la partie si Alain Juppé est battu par Sarkozy à la primaire. Une telle hypothèse chamboulerait le jeu à droite.

Le scénario d'un remake du duel Hollande-Sarkozy

A l'extrême droite, une Marine Le Pen en guerre totale contre son père est-elle vraiment si assurée d'être au deuxième tour, comme le prédisent encore les sondages ? Le vieux chef déchu, qui n'a jamais voulu du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M156470 le jeudi 27 aout 2015 à 08:12

    Un starting-débloque suffira pour lemou !

  • M156470 le jeudi 27 aout 2015 à 08:11

    Pédalo va sombrer définitivement, il y aura même pas un remout...