Présidentielle : pour Fillon, la difficile opération reconquête sur le terrain

le , mis à jour à 14:04
4
Présidentielle : pour Fillon, la difficile opération reconquête sur le terrain
Présidentielle : pour Fillon, la difficile opération reconquête sur le terrain

La standing ovation réservée à François Fillon, hier à la mi-journée, par les parlementaires LR à son QG de campagne, comme les nombreux sourires reçus dans l'après-midi lors d'un déplacement à Troyes (Aube), n'y changeront rien. Pour reconquérir l'opinion, fortement ébranlée par l'affaire Penelope, François Fillon devra faire bien plus que de simples excuses publiques. « La route va être encore longue », résume un député parisien, alors que « le Canard enchaîné » et notre journal ont apporté hier de nouvelles informations sur les conditions de travail de son épouse lorsqu'elle était assistante parlementaire à l'Assemblée nationale. « Aucune nouvelle révélation. Encore des calomnies », s'est contenté de réagir le principal intéressé, en marge de sa venue dans l'Aube.

 

Traité de racaille, il reste imperturbable

 

Reste que l'humeur des Français croisés hier sur les terres du sarkozyste François Baroin, qui s'est affiché à ses côtés, en dit long sur le climat de défiance qui perdure à l'égard du candidat de la droite à l'Elysée. « Voyou ! » hurle un jeune homme lorsque Fillon débarque en début d'après-midi à l'usine le Coq sportif de Romilly-sur- Seine. Lui fait mine de ne pas entendre et préfère s'engouffrer à l'intérieur de cette entreprise qui confectionne, entre autres, le maillot jaune du Tour de France.

 

Devant des couturières, l'ancien Premier ministre observe poliment et serre quelques mains bienveillantes. Mais, une fois le dos tourné, certains salariés se lâchent. « Heureusement qu'il ne s'est pas approché de moi. Je crois que je lui aurais dit le fond de ma pensée », jure l'un d'eux. « Je ne comprends même pas qu'il soit là, je trouve sa venue très déplacée vis-à-vis de nous, les ouvriers. Moi, je me lève tous les matins à 7 heures pour un vrai travail et je gagne 1 000 € par mois », s'exprime Sylviane, dans une colère froide, mais digne. « Tout cela me ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 il y a 10 mois

    Cette "indignation" est bien dans l'air du temps une émotion manipulée par des médias sans scrupule degré zéro de la démocratie mais les Français sont de moins en moins dupes ki

  • franck8 il y a 10 mois

    Non, les français ne sont pas des moutons et heureusement en France, on a le Canard Enchaîné ! Sinon, effectivement, vous imaginez, on aurait pu élire un imposteur comme Fillon ! Les moutons de Panurge, ce sont les membres de LR qui se jettent sans sourciller pratiquement dans le ravin en suivant leur candidat corrompu !

  • bsdm il y a 10 mois

    Les amitiés du canard avec hollande et son âme damné Gaspard gantzer sont tout sauf une référence ,l'orchestration de l'affaire est clairement avec Thomas cazenave ex dir cab de macaron et nouveau secrétaire général adjoint de hollande ,tout ce cabinet noir est à la maneuvre ,mais à trop vouloir faire l'opinion se retourne contre ceux qui veulent la manipuler ...comme aux US !!

  • badaro il y a 10 mois

    sarko en bis repetita priviligéateur des fortunésnous il faudra travailler 39 payé 35 alors qu 'il y a 7 millions de chomeurstrabailler jusqu'a 65 ans pour une retraite de 801€ ET LUI ET SA FEMME ET SES ENFANTS