Présidentielle : Montebourg prendra ses «responsabilités»

le
0
Présidentielle : Montebourg prendra ses «responsabilités»
Présidentielle : Montebourg prendra ses «responsabilités»

Après la tribune de Cécile Duflot, c'est Arnaud Montebourg, autre ancien ministre déçu par François Hollande, qui fait un petit pas pour 2017. Ce dimanche midi dans une interview enregistrée et diffusée par France 2 (dans le 13h15), il assure : «s'il y a des responsabilités à prendre dans une période où le pays s'interroge -où est-ce que nous allons ? qu'est-ce qu'on fait ?- je les prendrai».

Alors que le premier tour de la présidentielle aura lieu dans un an (23 avril et second tour le 7 mai), Arnaud Montebourg assure que la «décision est difficile à prendre, elle ne se prend pas un an avant les échéances, elle demande de la réflexion et du travail, je n'en suis pas là, le moment n'est pas venu».

«Le système politique est en train de s'effondrer sous la méfiance des Français», assure celui qui n'a plus aucun mandat et qui est désormais entrepreneur. Il évoque un «système aujourd'hui bloqué, tombé dans le formol, en tout cas au plan national».

Dans cet entretien, Arnaud Montebourg égratigne également celui qui lui a succédé à Bercy, Emmanuel Macron qui avait défini son mouvement En Marche ! «ni à droite, ni à gauche». «Je ne sais pas comment se définir avec une double négation, on ne se définit que positivement», tance Arnaud Montebourg, même s'il y a «des solutions nouvelles à gauche et à droite». Le troisième homme de la primaire socialiste de 2011 (17%) explique également «parfois» regretter d'avoir soutenu François Hollande pour le second tour l'opposant à Martine Aubry.

Dans une semaine, l'ancien ministre fera sa traditionnelle ascension du Mont Beuvray. Il sera notamment entouré de deux frondeurs, Christian Paul et Laurent Baumel, qui ferraillent à l'Assemblée contre le projet de loi Travail. «C'est un loi de moins disant social», assène Arnaud Montebourg expliquant que s'il était encore député il ne la voterait pas.

Il y a un mois dans «Parisien»-«Aujourd'hui en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant