Présidentielle : Marine Le Pen tacle Sarkozy, «promoteur d'une immigration massive»

le
0
Présidentielle : Marine Le Pen tacle Sarkozy, «promoteur d'une immigration massive»
Présidentielle : Marine Le Pen tacle Sarkozy, «promoteur d'une immigration massive»

Lors des «Estivales», dont elle est l'organisatrice, la présidente du Front national, Marine Le Pen a attaqué Nicolas Sarkozy samedi à Fréjus (Var), lui reprochant notamment d'avoir été «le promoteur d'une immigration massive, d'un laxisme total ou d'un communautarisme ravageur».

 

«A chaque élection, Nicolas Sarkozy a montré de lui une image de fermeté, d'autorité sur l'immigration. En réalité, à chaque fois qu'il a été en situation, comme ministre de l'Intérieur ou président de la République, il a été le promoteur d'une immigration massive, d'un laxisme total, d'un communautarisme ravageur, d'une discrimination positive qui est à l'encontre des valeurs de la République française, d'un effondrement des moyens de police, de la gendarmerie, du refus de respecter la parole du peuple», a martelé la dirigeante d'extrême droite.

 

Jeudi soir, sur France 2, l'ancien président de la République avait jugé que Marine Le Pen n'avait «aucune expérience, aucun allié. Il suffira qu'elle demande quelque chose pour que la totalité des autres le refusent». De son côté, Marine Le Pen a estimé que «le plus grave, si on doit faire une hiérarchie, c'est le viol de la volonté du peuple français quand il a dit non à la Constitution de 2005 et quand M. Sarkozy a imposé, avec la complicité du PS, le traité de Lisbonne, ces règles qui empêchent le peuple français de se protéger».

 

Pour elle, les ténors de la droite «sont engagés les uns les autres dans des primaires qui sont des combats de coqs symbolisés par la violence, les agressions personnelles, la bataille des égos, le sentiment que les idées sont reléguées au second plan et que les préoccupations des français sont reléguées au dixième plan».

 

Marine Le Pen a également mentionné l'échéance 2017 et affirmé qu'elle commencerait sa «campagne présidentielle proprement dite mi-février avec une convention ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant