Présidentielle : Macron le candidat attrape-tout

le , mis à jour à 07:41
2
Présidentielle : Macron le candidat attrape-tout
Présidentielle : Macron le candidat attrape-tout

Les mains arrimées à son pupitre, le visage fermé et le ton grave, un oeil sur sa feuille, Emmanuel Macron se lance : « Je suis candidat à la présidence de la République. » Il a peaufiné son discours jusque dans sa voiture. Mais le moment n'a rien d'improvisé. Voilà des mois que le fondateur d'En marche se prépare. Des semaines qu'il a choisi ce 16 novembre pour mettre fin au faux suspense. Il fallait laisser passer le tumulte de la présidentielle américaine, le recueillement des commémorations des 11 et 13 Novembre. Mais sortir du bois avant la primaire de la droite. Et avant François Hollande, son parrain en politique, auquel l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée et ministre de l'Economie grille la politesse sans prévenir !

 

Mercredi, quelque 150 journalistes et sa garde rapprochée (son épouse, Brigitte, le secrétaire général d'En marche, Richard Ferrand, et ses plus proches conseillers) ont écouté sa déclaration solennelle. Pas un élève en vue, mais Macron revendique le « symbole » : l'atelier pour apprentis mécaniciens du centre de formation de son ami Patrick Toulmet, à Bobigny (Seine-Saint-Denis). « Un lieu qui colle », dit un proche, à une candidature placée « sous le signe de l'espérance », du refus du « statu quo » et du « système ». Le candidat prône « une France qui croit en ses chances, qui risque, qui espère », « une France entreprenante où chacun choisit sa vie ».

 

L'ex-ministre veut damer le pion au FN

 

Parle-t-il aussi un peu de lui ? Arrivé en politique il n'y a pas cinq ans, jamais élu, Macron se lance en solo dans la mère des batailles. Ses armes : le soutien d'une quarantaine de parlementaires et de 200 élus locaux. Et son mouvement, En marche, doté sept mois après sa création de près de 100 000 adhérents, de 2 000 comités locaux et d'une cagnotte de 2,8 M€. Son équipe affiche la foi du charbonnier. Y compris pour les indispensables 500 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 il y a 2 semaines

    C'est le poulain du deep state et des banques. c'est pas vraiment un perdreau de l'année.

  • M7097610 il y a 3 semaines

    la salle payée par mes impôts étaient elle mise à disposition gratuitement ? Les élèves étaient enfermés dans la cour le temps que Monsieur ait fini sa bafouille ?