Présidentielle : les socialistes lancent leur campagne... sans candidat

le , mis à jour à 07:38
3
Présidentielle : les socialistes lancent leur campagne... sans candidat
Présidentielle : les socialistes lancent leur campagne... sans candidat

Des dizaines de camions de CRS. Un parking désert en forme de sas de sécurité. Le hall Comminges de Colomiers (Haute-Garonne) a des allures de bunker. Malgré un important dispositif de police (tenus à distance, 400 militants de la CGT ont tout de même manifesté devant la mairie), les fidèles du chef de l'Etat sont en terre amie, dans la première ville socialiste du département. C'est là, à 425 km de La Rochelle, historique rendez-vous de rentrée du PS, qu'ils ont organisé hier un rassemblement de soutien à l'action du chef de l'Etat. Un meeting comme une démonstration de force, en présence d'un Manuel Valls offensif, de treize ministres et des poids lourds de la majorité alors qu'à huit mois de la présidentielle, les candidats se bousculent à la gauche de la gauche sous l'air du « tous sauf Hollande ».

 

Une rentrée au parfum de campagne donc, même si ces hollandais n'ont pas officiellement de candidat : le président ne devrait dévoiler ses intentions qu'en décembre. Mais il n'est pas interdit de prendre les devants... « Il est temps de nous organiser », estime Didier Guillaume, un proche du président. « C'est reboostant ! » s'enthousiasme le ministre de la Ville, Patrick Kanner, convaincu qu'à gauche, François Hollande est le seul à même d'atteindre le second tour de la présidentielle. Pour Jean-Christophe Cambadélis, patron du PS, sa candidature coule de source : « Je ne vois pas comment il peut dire : c'est sympathique, mais moi j'ai piscine. Son retrait, c'est l'émiettement de la gauche », prédit-il même.

 

Alors tant pis s'ils n'ont pas (encore) de candidat, les hollandais lui préparent le terrain, décochent des flèches à leurs adversaires. Et même leur adversaire : Nicolas Sarkozy, candidat « évident » des Républicains, fait office d'épouvantail favori, figure idéale pour espérer mobiliser les troupes à gauche. « Une menace considérable », a cogné le Premier ministre, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote il y a 5 mois

    Valls critique mais que propose-t-il?

  • M940878 il y a 5 mois

    quand on voit ce qu'ils ont fait de la France en 4 ans ! heureusement qu'ils n'étaient pas là en 2008 , lors de la plus grande crise depuis 39

  • M2266292 il y a 5 mois

    valls dans toute sa violence