Présidentielle : les frondeurs du PS osent relancer une primaire «de toute la gauche»

le , mis à jour à 08:23
1
Présidentielle : les frondeurs du PS osent relancer une primaire «de toute la gauche»
Présidentielle : les frondeurs du PS osent relancer une primaire «de toute la gauche»

Depuis la cité rochelaise, le député PS de la Nièvre Christian Paul sonne « l'alerte rouge, le tocsin ». C'est son « appel du 10 septembre ». Réunis ce week-end à La Rochelle (Charente-Maritime) pour leurs journées d'été, les frondeurs du PS demandent à nouveau l'organisation d'une primaire de toute la gauche, « sans exclusive ». Comprendre : rassemblant aussi bien Jean-Luc Mélenchon que François Hollande, les communistes que les écologistes. Problème : les discussions entre les différents concernés ont déjà eu lieu au printemps. Et se sont soldées par un constat d'échec ! Pas question pour les communistes et les écologistes de participer à une primaire incluant François Hollande, qu'ils seraient donc contraints de soutenir en cas de victoire. Quant à Jean-Luc Mélenchon, il n'était même pas des réunions du jeudi à l'Assemblée nationale.

 

Bouteille à la mer

 

« Au printemps, tout le monde pensait tirer son épingle du jeu. Or, aujourd'hui, ce n'est le cas pour personne. S'il y a une multitude de candidats, la gauche est effacée du second tour avant même que l'élection ne commence. Pas un socialiste, pas un homme de gauche ne peut dormir tranquille », alerte le frondeur Christian Paul, sondages à l'appui. Candidate à la primaire mais également inquiète de cet « émiettement mortifère », Marie-Noëlle Lienemann lui emboîte le pas. Comme Benoît Hamon, lui aussi candidat déclaré à la compétition interne du PS. Voilà pour les mots. Pour ce qui est de la réalité... « Les conditions ne sont pas réunies, ne faisons pas comme si cela n'était pas le cas », admet un participant au week-end rochelais, qui appelle pourtant de ses voeux la tenue d'une telle primaire.

 

Pourquoi, dès lors, relancer cette bouteille à la mer ? Pour faire pression sur Jean-Luc Mélenchon, qui s'est lancé en solo. Mais aussi sur Arnaud Montebourg, qui n'a toujours pas confirmé sa participation à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 3 mois

    C'est vraie que la mort lente(type société française qui ponctionne tout)est plus facile à gérer,il faut réduire de moitié le nombre des parlementaires;supprimer le sénat et les statuts spéciaux,réduire de 1million le nombre des fonctionnaires et assimilés,établir le délai de carence à 3 jrs pour tous, la retraite à 65 ans pour tous avec le même calcul; établir la TVA sociale tous bénéficient du système social à la française tous doivent participer à son financement.