Présidentielle: les Européens méfiants

le
0
Les prises de parole sur l'Europe des favoris de la présidentielle française ont agacé toutes les capitales de l'Union.

Les Européens ont de bonnes raisons de prendre la présidentielle au sérieux. Qu'il s'agisse de la crise, du contrôle aux frontières ou encore des points chauds de la planète, la France reste la clef de toute dynamique crédible sur le Vieux Continent. Mais cela ne veut pas dire que nos voisins prennent les promesses des candidats pour argent comptant: quel que soit le vainqueur au soir du 6 mai, ses pairs dans l'UE lui promettent déjà un atterrissage sans état de grâce ni droit à l'erreur.

Cela vaut pour le favori des sondages. Dans un panorama européen dominé par le centre et la droite, François Hollande a vite fait le tour de ses partisans affichés. Seul Elio Di Rupo, chef socialiste du gouvernement belge, est venu le soutenir lors d'un meeting à Lille; mais il n'a pas ouvert la bouche. Allié peut-être encombrant parce qu'en pleine débâcle budgétaire, le chef du Pasok grec, Evangelos Venizélos, lui a quand même souhaité bonne chance avant d'affronter lui-même

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant