Présidentielle : les Brésiliens tranchent entre Dilma Rousseff et Aécio Neves

le
0
Présidentielle : les Brésiliens tranchent entre Dilma Rousseff et Aécio Neves
Présidentielle : les Brésiliens tranchent entre Dilma Rousseff et Aécio Neves

Dans les rues du Brésil, les sourires des deux derniers candidats en lice s'affichent sur les capots des voitures et aux fenêtres. Les électeurs se rendent aux urnes ce dimanche pour élire à la présidence Dilma Rousseff, 66 ans, présidente sortante du Parti des travailleurs et favorite, ou son rival social-démocrate, le sénateur Aécio Neves, 54 ans. Dilma et Aécio -- les candidats se font appeler par leur prénom -- ont une formation en économie. Mais les ressemblances s'arrêtent là.

Pur produit de l'élite politique, Aécio Neves a été embauché comme secrétaire particulier par son grand-père à l'âge de 25 ans et l'a vu gagner l'élection présidentielle en 1986 (fonction qu'il n'a jamais pu occuper, décédant quelques jours après). Elu député fédéral à 26 ans, réélu trois fois, Aécio Neves a, tout comme son père et son grand-père, occupé le poste de gouverneur du riche Etat du Minas Gerais, avant de rejoindre le Sénat.

Fille d'un ingénieur et poète bulgare et d'une professeur brésilienne, Dilma Rousseff a elle aussi commencé tôt son parcours politique, mais en intégrant le Commando de libération nationale, une organisation qui défendait la lutte armée contre la dictature militaire. Après des années de clandestinité, elle a été arrêtée et torturée, entre 1970 et 1973, avant d'être libérée. Chargée de plusieurs postes publics à Porto Alegre, elle devient ministre de l'Energie puis Première ministre du gouvernement de Lula.

Rousseff affaiblie par les affaires

En 2010, elle est la première femme à accéder à la présidence du Brésil. Mais si elle a longtemps surfé sur l'incroyable popularité de Lula, Dilma se trouve aujourd'hui sous le feu des critiques. Accusée d'avoir laissé le Brésil, septième économie mondiale, sombrer dans la crise, elle a contre elle les milieux d'affaires et les marchés, favorables à Aécio, plus libéral. La présidente est aussi affaiblie par les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant