Présidentielle : le favori six mois avant est élu une fois sur deux

le
0
INFOGRAPHIE - «A six mois de la présidentielle, le vainqueur des sondages n'a jamais été le gagnant des suffrages» disent certains politiques. Petit retour dans l'histoire de la Ve République.

Depuis de nombreux mois, plusieurs responsables politiques, à l'instar de Brice Hortefeux, affirment qu'«à six mois de la présidentielle, le vainqueur des sondages n'a jamais été le gagnant des suffrages». Mais depuis l'élection de 1965, les sondages* voient juste. Une fois sur deux.

A gauche, les sondages. A droite, les résultats finaux de l'élection.
A gauche, les sondages. A droite, les résultats finaux de l'élection.

Pour cette première élection au suffrage universel direct, le général de Gaulle bénéficie d'une très large avance qui lui fait croire à une élection facile dès le premier tour. A mesure que l'échéance approche, les sondages annoncent sa mise en ballotage par le socialiste François Mitterrand. En tête au premier tour, de Gaulle l'emporte mais son score est très éloigné des premières prévisions faites par les sondages.


A six mois de l'élection, le président sortant jouit d'une belle avance dans les sondages. A l'image de ce qui se passera en 1965, le candidat socialiste réduira l'éca...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant