Présidentielle : «Je n'entends pas rester muette», assure Cécile Duflot

le , mis à jour à 12:50
16
Présidentielle : «Je n'entends pas rester muette», assure Cécile Duflot
Présidentielle : «Je n'entends pas rester muette», assure Cécile Duflot

Cécile Duflot est de retour. Très discrète ces derniers mois et silencieuse dans les médias, l'ancienne ministre écologiste signe ce samedi une tribune dans «Le Monde». Dans ce texte intitulé «Ecologie : la France bloquée par ses élites», la députée d'Europe-Ecologie-les Verts explique que, si elle veut« désormais se tenir à bonne distance du petit monde de l'entre-soi parisien et de la manie de l'hyper commentaire, elle n'entend pas rester muette ou immobile dans les temps qui viennent».

Elle n'affirme pas qu'elle sera candidate en 2017 mais laisse la porte ouverte en expliquant que «l'écologie doit être représentée dans le débat qui vient». «Je me battrai pour que notre candidature soit la plus efficace possible, qu'elle rassemble largement, qu'elle agrège des femmes et des hommes issus de traditions diverses mais réunis par la même volonté de transformation de la société», écrit Cécile Duflot.

Dans sa tribune, elle dénonce «l'incroyable retard pris par notre pays en matière d'écologie», estimant que «la transition écologique demeure freinée par des élites dépassées». De nombreux écologistes ont souvent reproché à EELV de ne pas assez parler d'environnement, et le sujet de son texte visant à la repositionner sur cette thématique n'est pas anodin à l'heure où beaucoup militent pour une candidature de Nicolas Hulot en 2017.

Celle qui a quitté le gouvernement au moment de la nomination de Manuel Valls à Matignon soutient également le mouvement Nuit Debout. «Les bloqueurs ne sont pas les manifestants de Nuit debout, mais les tenants de la technostructure persuadés de détenir seuls la vérité du pays, dénonce-telle. Ceux-là mêmes qui voulaient me dissuader de mettre en place l’encadrement des loyers et écoutaient davantage les lobbys que les citoyens ; les mêmes ont abandonné les banlieues et trahi le monde rural. Comment attendre d’eux qu’ils intègrent l’impératif écologique, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • er3dw il y a 7 mois

    duflop celle qui a sinistré l'immobilier. Arrêtons de voter pour des politicards cariéristes responsables de rien et surtout pas de leur engagement politique ils peuvent mentir sans problème.

  • phili646 il y a 7 mois

    Dommage, ça nous aurait fait des vacances !!!

  • Alananas il y a 7 mois

    EELV ou la chronique d'une imposture. En vertu de quoi, l'écologie serait de gauche ou de droite ? En vérité, les soi-disant verts français ne sont des écologistes que de nom, le terme écologie ne leur servant que de faire valoir sur la scène politique.

  • lsleleu il y a 7 mois

    Pourtant elle gagnerait à se taire ....

  • remimar3 il y a 7 mois

    L'ouvrir pour rien ou comment tenter de survivre sur les ruines de son parti en miettes.

  • jean02 il y a 7 mois

    Ce serait tellement mieux, car sa voix de crécelle et son débit de paroles sont insupportables....

  • Alananas il y a 7 mois

    Manquait plus qu' elle...

  • b.renie il y a 7 mois

    «Je n'entends pas rester muette», assure Cécile Duflot Ce serait étonnant qu'elle perde une seule occasion de se taire. La dernière son soutien à Nuits debout à qui on ne peut prédire un avenir qu'aux oubliettes Le refus est destructeur parce que par définition il ne peut rien construire. En Espagne les partisans du refus on gagné/perdu les élections.

  • M3366730 il y a 7 mois

    La gauche caviar et écologiste se réveille !!!!

  • xavib il y a 7 mois

    Muette, on verra... mais sourde, assurément !