Présidentielle : Hamon redoute le vote utile

le
3
Présidentielle : Hamon redoute le vote utile
Présidentielle : Hamon redoute le vote utile

Comment éviter le piège des défections qui se préparent ? C'est la question à laquelle -- après François Fillon -- se trouve à son tour confronté Benoît Hamon. Ces derniers temps, le candidat du PS voit s'allumer l'un après l'autre les clignotants rouges. Le voilà obligé de répondre à des questions dont il se passerait bien. Mardi, c'était à propos de Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale, qui « ne se retrouve pas » dans sa campagne. « Si je devais être inquiet ou en colère pour ça !... » soupire Hamon à la sortie d'une rencontre avec des responsables du site pétrochimique de Fos-sur-Mer.

 

L'accord avec les écologistes accentue le malaise

Certains, comme le député PS de Paris, Christophe Caresche, ont déjà claqué la porte. A l'abri de l'anonymat, une ministre ne ménage pas ses critiques : « La campagne est partie d'une manière qui me pose un problème politique. Benoît Hamon ne cherche même pas à nous ramener à lui autrement que par un discours du type : vous avez perdu, vous devez vous aligner. » Elle regarde désormais vers Emmanuel Macron : « Il produit un projet plutôt malin qu'un social-démocrate ne peut en rien contester. La question du vote utile est posée. »

L'accord avec les écologistes de Yannick Jadot accentue le malaise parmi les élus socialistes invités à s'asseoir sur des projets qu'ils ont négocié pendant des années comme l'aéroport Notre-Dame-des-Landes (approuvé par un référendum local) ou le site d'enfouissement des déchets nucléaire de Bure, dans la Meuse. « Vingt-cinq ans de travail rayés d'un trait de plume. On ne respecte même pas l'investissement des parlementaires », reproche à Hamon le député PS de Meurthe-et-Moselle Jean-Yves Le Déaut, inspirateur de la loi lançant le projet de Bure. Très remonté, l'élu lorrain a écrit, avec son collègue de la Meuse Jean-Louis Dumont, à Jean-Christophe Cambadélis, patron du PS, pour dénoncer une « ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 il y a 12 mois

    C'est un constat d'inutilité

  • M1765517 il y a 12 mois

    cqfd : il pense donc etre inutile L'argent public (partis) a t il encore vocation à etre dilapidé pour faire le "BUZZ" ?

  • M1084720 il y a 12 mois

    Une solution pour Monsieur HAMON, passer devant son collègue MACRON, et devenir lui-même "le vote utile" !