Présidentielle : existe-t-il un "fonctionnaires bashing" de la part des candidats ?

le
39

POLITIQUE - Face à des candidats comme François Fillon ou Emmanuel Macron qui veulent respectivement supprimer 500.000 et 120.000 postes de fonctionnaires, la FSU s'insurge.

Les 500.000 suppressions de postes de fonctionnaires promises par François Fillon inquiètent notamment les enseignants. (Illustration) ( AFP / XAVIER LEOTY )
Les 500.000 suppressions de postes de fonctionnaires promises par François Fillon inquiètent notamment les enseignants. (Illustration) ( AFP / XAVIER LEOTY )

À un mois du premier tour de la présidentielle, la FSU a dénoncé le "fonctionnaires bashing" et interpellé les candidats à l'élection présidentielle sur le "futur rôle" des agents et des services publics, lundi 20 mars devant la presse.

"Certains programmes inscrivant prioritairement la réduction du nombre des agents et la limitation des services offerts aux usagers, ne manquent pas de nous inquiéter. Les agents doivent connaître l'avenir qui leur est promis par les uns et les autres", écrit la deuxième organisation syndicale de la fonction publique de l'État et première fédération de l'Éducation nationale dans un courrier adressé aux candidats. Sauf au Front national dont le "programme remet en cause les valeurs de la République et de la démocratie".

TORDRE LE COU AUX DISCOURS NÉGATIFS

Le candidat Les Républicains François Fillon a annoncé vouloir supprimer 500.000 postes de fonctionnaires sur cinq ans, tandis qu'Emmanuel Macron mise sur une baisse d'effectifs de 120.000 agents, en épargnant les hôpitaux, tout en souhaitant la création de 4 à 5.000 emplois d'enseignants et 10.000 de policiers.

La présidente de la fédération, Bernadette Groison, leur demande "d'arrêter de mentir". Elle veut "tordre le cou" aux "discours négatifs", qui "alimentent l'idée que les fonctionnaires ne seraient qu'un coût pour la société" et créent "un sentiment de lassitude, d'abandon, de sous-estime voire de mépris". "Quand on supprime et qu'on ne remplace pas, on ne crée pas d'emplois !", s'est-elle insurgée. "Il faut qu'ils nous disent aussi si des emplois sont supprimés, qui assure le service public, s'il est privatisé, externalisé, et qui le paie", a-t-elle ajouté.

Rappelant les "droits élémentaires" que le travail des fonctionnaires offre à tous les usagers, "sur tout le territoire", elle demande aux candidats de "mieux reconnaître" le travail des agents, et de ne pas toucher à leur temps de travail. Cela passe, selon Mme Groison, par "un débat sur le périmètre de l'État et celui des collectivités" qui permettrait de "voir où créer des emplois", nécessaires face "aux défis démographiques".

Parmi ses revendications prioritaires, la FSU inscrit "la question du million de non-titulaires précaires" de la fonction publique, dont elle réclame la protection, et la "lutte contre les inégalités hommes/femmes".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 il y a 6 jours

    A Paris, les pervenches (fonctionnaires) "créent" 2 amendes par heures. la Mairie de Paris (gauche du PS pourtant) fait appel au privé pour passer à 6. Les radars? 1H d’utilisation par jour dans le public, on espère passer à 8H dans le privé.. etc... etc..

  • ericlyon il y a 6 jours

    Pourquoi "fonctionnaires bashing", il ne s'agit pas de critiquer les fonctionnaires dans leur ensemble mais de constater l'inefficacité, voire l'inutilité, de certains services. C'est bien du ressort de l'état d'optimiser la fonction publique ce qu'il a oublié de faire pendant des décennies.

  • ebrardpa il y a 6 jours

    La fsu est un syndicat bouffi d idéologie gauchisante, dont le monopole est fondé sur une mécanique du nombre, elle-même issues des avantages que procure le syndicat. Pour ce qui concerne l éducation nationale, les syndicats évitent de faire état de la décrépitude de l institution, se faisant ainsi les complices des politiques.

  • wanda6 il y a 6 jours

    F. Asselineau seul candidat à proposer : la reconnaissance du vote blanc, le casier judiciaire vierge en politique , diminuer le nombre des parlementaire et des sénateurs, de supprimer les postes des eurodéputés ( FREXIT ) et le nombre des autres élus , des débats et référendums pour chaque sujet important (pouvoir au peuple), etc ….

  • YTRAM il y a 6 jours

    La France triple championne du monde pour le nombre de fonctionnaires ,d'élus, de chômeurs par habitant .Pour payer tout ça ,, pas d'argent ,il faut emprunter tous les mois depuis des années pour le faire .On continue ?

  • mark92 il y a 7 jours

    Mais qu'ils commencent déjà par supprimer les indemnités des 577 députés à 15 000/€ par mois, les indemnités des sénateurs, député européens, commissaire aux comptes.. On a le petit syndicaliste " edouard martin" comme député européen. SUPPRESSION DES INDEMNITES des élus qui cumulent en plus salaire et indemnités.

  • rillouto il y a 7 jours

    il serait interressant aussi d'ecouter certains de nos voisins,qui passe par le brexit : " theresa may a declarée a son homologue ecossaise,qu'" elle ferait mieux de proposer des services publiques a ces citoyens " ,au lieu de tout detruire ... moi je l'ai bien entendu theresa,et on ferait bien de s'en inspirer ....

  • M1876177 il y a 7 jours

    m825 la quasi totalite des fonctionaires sont a 35 h et plus. Moi qui travaille aux finances je suis à 36h12 par exemple. Les fonctionaires qui sont à moins de 35 heures sont tres minoritaires et sont tous de la fonction publique territoriale. Idem pour les arrêts maladie un rapport récent a montré que les fonctionaires d état sont moins malades que dans le privé c est dans la fonction publique territoriale qu ils sont plus malades que dans le privé

  • deliege3 il y a 7 jours

    Le cadre du régime des fonctionnaires est trop rigide. Les contractuels embauchés dans l'administration s'en sortent beaucoup mieux sans être pour autant plus compétents . Certains pourraient même être embauchés par EDF pour la production d’électricité, tellement ils brassent de l'air, mais c'est dans l'air du temps ......

  • deliege3 il y a 7 jours

    M8252219 : Il y a peut être des fonctionnaires à 32H par semaine mais c'est loin d'être une généralité. Pour l'égalité des retraites, pourquoi pas mais il faudra intégrer les primes qui ne comptent pas actuellement pour la retraite. Une réforme du régime des fonctionnaires, allez chiche mais en suivant l'exemple suédois, ce qui ferait pas mal d'économies rien que pour les politiques !