Présidentielle : et s'ils déjouaient les pronostics...

le , mis à jour à 12:37
3
Présidentielle : et s'ils déjouaient les pronostics...
Présidentielle : et s'ils déjouaient les pronostics...

L'élection présidentielle de 2017 sera-t-elle celle des outsiders ? Des hommes que l'on n'attendait pas, à l'image de la victoire inattendue et spectaculaire de Donald Trump aux Etats-Unis ? Dans notre pays, deux personnalités semblent aujourd'hui en mesure de bousculer la donne. A droite, François Fillon effectue une remontée saisissante, à quelques jours du premier tour de la primaire de la droite. L'ancien Premier ministre, dont la candidature ne décollait pas, bénéficie à la fois de sa constance et de sa réussite dans les débats télévisés. Avec un programme aussi droitier que celui de Sarkozy mais avec une image plus modérée qui rassure, il a trouvé une dynamique et mord sur l'électorat de Juppé.

 

A gauche, au moment où il n'y a plus grand monde au PS pour soutenir une candidature de François Hollande à sa propre succession, Manuel Valls s'impose décidément comme le recours. Notre sondage Ipsos-Sopra Steria le classe en tête des candidats potentiels à gauche au cas où Hollande n'irait pas. 37 % des Français le voient dans le rôle, devant Arnaud Montebourg, Ségolène Royal ou Martine Aubry. Surtout, il est plébiscité par les électeurs socialistes : avec 62 %, il devance largement Royal et Montebourg. « Les sympathisants socialistes sont légitimistes, explique Stéphane Zumsteeg, directeur du département opinion d'Ipsos : Valls a été en première ligne depuis 2012 place Beauvau puis à Matignon. Et il a été loyal à l'égard du président : avec lui, c'est la poursuite du hollandisme sans Hollande. »

 

 

 

 

 

Constat plus nuancé chez l'ensemble des sympathisants de gauche. Là il fait jeu égal avec Royal et il est talonné par Aubry. Normal, les déçus de Hollande, majoritaires à gauche du PS, mettent dans un même sac le président et son Premier ministre, leur reprochant pêle-mêle une politique trop libérale, la loi Travail, le débat sur la déchéance de nationalité, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 4 mois

    La gauche aux oubliettes.

  • milano12 il y a 4 mois

    avec plus de 6 millions de chômeurs 8 millions de pauvres on connaît déjà le résultat marine au 1er tour

  • solo92 il y a 4 mois

    Why not ... Un peu d'air