Présidentielle en Tunisie : les islamistes en arbitre du second tour

le
0
Présidentielle en Tunisie : les islamistes en arbitre du second tour
Présidentielle en Tunisie : les islamistes en arbitre du second tour

Les Tunisiens vont élire dimanche leur président de la République. Un scrutin historique qui opposera Moncef Marzouki (69 ans), candidat sortant, et Béji Caïd Essebsi (88 ans) ex-ministre de Bourguiba. Les deux hommes, au profil et au parcours très différents, ont tenu leurs derniers meetings vendredi. La campagne officielle s'est achevée dans une tension extrême entre les deux camps.

D'un côté, Moncef Marzouki qui se présente comme le garant des acquis de la révolution, accuse Béji Caïd Essebsi (appelé à Tunis Bajbouj ou BCE) d'incarner le retour de l'ancien régime Ben Ali et met en garde les Tunisiens sur le risque d'un retour à la dictature. De l'autre, Beji Essebsi est monté au créneau pour vilipender la politique de la troïka (et à sa tête Marzouki) en affirmant qu'il est soutenu par les islamistes et même les salafistes et les djihadistes.

Faute de confrontation directe à la télévision, Caïd Essebsi s'y étant refusé malgré l'insistance de son rival, les deux candidats au palais de Carthage se sont affrontés violemment par médias interposés. Le président sortant Moncef Marzouki a mis le feu aux poudres assurant dans un discours devant ses partisans «craindre des fraudes». Ce qui lui a valu une mise en garde immédiate de l'Instance supérieure pour l'indépendance des élections (ISIE).

VIDEO. Les Tunisiens de France à la veille d'élire leur président

Au premier tour, six points séparaient les deux candidats au soir du 23 novembre. Le «vieux» Béji Essebsi est arrivé en tête avec 39,46 % des suffrages contre 33,43 % à son rival. Donné favori, après avoir éjecté les islamistes d'Ennahda de la première place (mais sans atteindre la majorité absolue) aux législatives du 26 octobre, le chef de file de Nidaa Tunes (Appel de Tunisie) Beji Essebsi veut conforter sa position de leader lors de cette présidentielle. Sa victoire lui faciliterait la tâche pour nommer un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant